Replay du mardi 4 juin 2019

Le marcheur de Chanteloup

Il y a 617 ans, un des habitants de Chanteloup, dans les Deux-Sèvres, a expérimenté la marche sur longue distance dans des circonstances bien particulières.

Village de France
Village de France © Getty

Bien avant notre époque et les courses ou marches  de longues distances, tels que les ultra-trails, un habitant de Chanteloup va en effet éprouver son endurance dans des circonstances qui n'ont pourtant rien à voir avec une pratique sportive.

Convoqué pour vol

Nous sommes en l'an 1402. Les assises de la châtellenie, la juridiction du seigneur châtelain, se tiennent à Bressuire, dans le Nord des Deux-Sèvres. Un laboureur de Chanteloup, du nom de Jean Poigneau est convoqué devant cette assemblée. Il a à priori volé ce qu'on appelle des chatris, des moutons châtrés bons pour la boucherie. L'assemblée réunie à Bressuire étudie son cas. La sentence tombe.

Plus de 1 000 kilomètres aller et retour

On imagine la stupeur de Jean Poigneau quand il se voit condamné à se rendre à pied, à Notre-Dame du Puy, en Auvergne, tout en jeûnant deux jours par semaine. Ses accusateurs ont pensé à tout. Le condamné doit en effet rapporter le sceau de la cour d'église du Puy, afin de  pouvoir constater qu'il a bien accompli sa pénitence. L'histoire ne précise pas si le sieur Poigneau parvient à boucler son périple de plus de 1 000 kilomètres aller et retour.

Vases contre volailles

A peu près à la même époque, un paysan du village va lui aussi connaître des déboires avec cette juridiction bressuiraise. Nous sommes cette fois au cours de la guerre de cent ans. Le conflit entre le France et l'Angleterre engendre des scènes de pillage un peu partout sur le territoire. A Chanteloup, des soldats anglais dérobent des vases sacrés dans l'église. Mais les troupes ennemis ont besoin de trouver de la nourriture. Les anglais vont ainsi faire du troc avec un des paysans de la paroisse. Ils lui échangent un des vases contre quelques volailles. Les anglais continuent leur route.

Pris la main... dans le vase

Le paysan cache précieusement la relique sacrée. Au bout de quelque temps, au lieu de restituer le vase, il cherche à le vendre. Il est finalement arrêté et, comme Jean Poigneau, doit comparaître, devant les assises de la châtellenie de Bressuire. On ne connaît pas la teneur de sa condamnation. Espérons pour lui que la juridiction fut en tout plus clémente que pour notre marcheur de longues distances du 15 ème siècle.