Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Village de France
Village de France © Getty

Le rideau se lève sur le passé minier de Saint-Laurs

Diffusion du mardi 2 octobre 2018 Durée : 2min

Saint-Laurs, dans les Deux-Sèvres, où l'on a exploité des mines de charbon pendant plusieurs décennies, héberge une association qui a vu le jour en 1938.

Le rideau se lève en effet aujourd'hui sur l'association de théâtre de Saint-Laurs qui fête cette année ses 80 ans. La Vaillante est ainsi née en mars 1938. C'est le curé de la commune, l'abbé Georges Léger, qui est alors à l'origine de cette création.. Depuis, les différentes troupes de l'association ont fait leur petit bonhomme de chemin sur les planches. A notre époque, la Vaillante monte un spectacle par an dont elle donne 9 représentations. L'association est toujours heureuse d'accueillir de nouvelles recrues. Si vous avez envie de monter sur les planches, ou participer à la création des spectacles en aidant à la réalisation des décors, la confection des costumes, le maquillage ou la coiffure des acteurs, vous êtes ainsi les bienvenues.

Puits de charbon

L’exploitation des mines de charbon reste un des faits marquants de l'histoire de la commune. C'est un conseiller municipal, le Marquis de Nettancourt, qui se lance dans cette aventure en 1838. Il fait creuser un puits à la Grande-Fontaine où l'on trouve 7 veines de charbon à une profondeur de 30 mètres. Sentant le potentiel des terres de Saint-Laurs, il demande une concession et ouvre d’autres puits.. Le plus important, celui de Saint-Laurent, est exploité jusqu’à une profondeur de 425 mètres.

Essor et déclin

La commune de Saint-Laurs connaît un essor très important. Le nombre d'habitants passe de 550 en 1836, à 1 315 en 1906. Les mines fournissent du travail a près de 250 personnes de Saint-Laurs. Mais en 1916, l’exploitation des mines prend fin. La concession de Saint-Laurs est rattachée à celle de Faymoreau. La commune connaît alors un lent déclin de sa population  

La fin d'une époque

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la société des mines de Faymoreau décide d’extraire le charbon de surface restant à Saint-Laurs. L'exploitation se fait alors dans des puits peu profonds. L'aventure dure encore quelques années. Le 28 février 1958, l’activité minière s’arrête à Faymoreau et à Saint-Laurs. La commune tourne ainsi définitivement  la page de son passé minier.