Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Village de France
Village de France © Getty

Madeleine Aymé de La Chevrelière, figure politique du Sud-Deux-Sèvres

Diffusion du mercredi 29 mai 2019 Durée : 2min

Alloinay, est née de la fusion des communes de Gournay-Loizé et des Alleuds. Ce territoire des Deux-Sèvres a été marqué par Madeleine Aymé de La Chevrelière.

Il y a 43 ans aujourd'hui, le 29 mai 1976, cette figure politique du Sud Deux-Sèvres disparaissait au lieu-dit La Chevrelière, à Gournay. Maire de la commune de 1953 à 1965, elle est la première femme a être élue conseillère générale et députée des Deux-Sèvres en 1958. Madeleine Aymé de La Chevrelière est ainsi un des piliers de la vie politique locale et nationale.

De Paris aux Deux-Sèvres

De son nom de naissance Lannes de Montebello, elle voit le jour à Paris  le 11 mai 1906. Elle est la fille de Louis Auguste Jean Lannes, marquis de Montebello, et de la marquise, née Marie-Louise de Salignac-Fénelon. Elle fait sa scolarité dans l’établissement de Sainte-Marie de Neuilly. Un parcours couronné par une licence de la faculté de droit de Paris. Le 17 avril 1925, elle épouse Jacques Paul Charles Aymé 5e baron de la Chevrelière, qui est alors chargé de mission du gouvernement.

Un parcours politique unique

Après la Seconde Guerre mondiale, elle est élue conseillère municipale de la commune de Gournay en 1945. Huit ans plus tard, elle en devient maire. 1958 marque ensuite un tournant important dans sa carrière politique. Elle est élue conseillère générale du canton de Chef-Boutonne et devient la première femme à accéder à cette fonction dans le département La même année, Madeleine Aymé de La Chevrelière est élue députée de la 1re circonscription des Deux-Sèvres C'est ainsi la première femme deux-sèvrienne à entrer à l’Assemblée nationale depuis les débuts de la République.

La parole du monde agricole

Députée d’une circonscription rurale,  elle-même à la tête d’une exploitation, elle se consacre notamment aux problèmes agricoles. Ses interventions prennent ainsi appui avec réalisme sur le quotidien des agriculteurs et des femmes d’agriculteurs. Madeleine Aymé de La Chevrelière est réélue en 1962, 1967 et 1968. Alors qu'elle est malade elle ne sollicite pas le renouvellement de ses mandats en 1973. Trois ans plus tard, elle décède finalement à Gournay.