Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Village de France
Village de France © Getty

Pourquoi la commune de Couhé, dans la Vienne a t-elle porté le nom non officiel de Couhé-Vérac ?

Diffusion du mardi 15 mai 2018 Durée : 2min

Cette tradition remonte en fait au 17 ème siècle.

Couhé,  située au sud de Poitiers, en limite avec les Deux-Sèvres, se voit  alors affublée du mot Vérac. L’ancienne baronnie locale devient à cette époque un  marquisat. Le nouveau marquis, suivant l’usage, veut imposer un second  baptême à sa terre. Il lui ajoute alors le nom d’un autre fief qu’il ne  possédait plus, celui de Vérac, en Limousin. A noter que d’un point de  vue administratif, Couhé ne s’est jamais appelé officiellement  Couhé-Vérac. Mais cette appellation, à force d'être utilisée dans le  quotidien, avait acquis une forme de légitimité. Encore parfois  aujourd’hui, on parle de Couhé-Vérac au lieu de Couhé tout court..

En marge de la voie romaine

Couhé,  qui prend successivement les noms de Coacus, Coiacum ou Cohec,  n’apparaît pas avant le XIème siècle dans les textes. Il faut  chercher les raisons de cet oubli dans la situation géographique du  village. Couhé n'est ainsi pas traversé par la voie romaine qui va de  Vivonne à Chaunay. Ce domaine est donc isolé à l'époque gallo-romaine.  On imagine que cet isolement entrave sérieusement son développement et  donc, la production d'actes officiels. Il faut attendre l'abandon de la  voie romaine comme axe de déplacement principal pour que le bourg  connaisse un certain essor.

Un essor au Moyen-âge

La  voie romaine n'étant pas entretenue, au Moyen-âge, on lui préfère ainsi  d'autres axes de déplacement. Le chemin reliant Vivonne à Chaunay, qui  traverse Couhé, est de fait de plus en plus utilisé. Une fréquentation en  hausse qui est accompagnée par l'implantation de nouveaux services.  L’apparition d'un relais de poste joue notamment un rôle important dans  le développement de Couhé. Il se raconte d'ailleurs que la bâtisse a  connu un sort assez inédit. Le roi Louis 14, se rendant en Espagne,  aurait ainsi fait démolir une partie du relais de poste pour pouvoir  faire passer son carrosse et continuer sa route.

Depuis  les moyens de transport se sont bien développés, à l'image des avions  qui envahissent le ciel de Couhé tous les ans lors du grand meeting  aérien.