Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Village de France
Village de France © Getty

Pourquoi y a t-il un lien entre la commune de Saint-Pierre-des-Échaubrognes en Deux-Sèvres et l'Anjou ?

Diffusion du vendredi 18 mai 2018 Durée : 2min

Dans son histoire, ce territoire deux-sèvrien a été rattaché à la province d'Anjou.

Située  à 30 km de Bressuire, Saint-Pierre-des-Échaubrognes longe ainsi le  département du Maine-et-Loire. Jusqu'en 943, les Echaubrognes font parti  du Poitou. En ce milieu de 10 ème siècle, il passe dans le giron du  Comte de Nantes, puis du comte d'Anjou 50 ans plus tard.

La  commune est alors constituée de 2 paroisses Il y a  Saint-Hilaire-des-Échaubrognes, et Saint-Pierre-des-Échaubrognes. Elles  englobent la commune de Saint-Pierre actuelle, celle de Loublande, en  Deux-Sèvres et les communes de Maulévrier et Toutlemonde en Maine et  Loire.

Puzzle territorial

La  révolution va changer la donne et bouleverser ces limites  territoriales. Le 14 décembre 1789, les deux paroisses font leur retour  dans le Poitou. Saint-Pierre et Saint-Hilaire des Echaubrognes quittent  ainsi l'Anjou en échange de La Tessoualle et de Saint-Christophe du  Bois.

Un  choix qui s'avère assez étonnant d'un point de vue territorial. Les  deux communes, rattachées au tout nouveau département des  Deux-Sèvres, encerclent littéralement Maulévrier, qui appartient toujours  au Maine et Loire. Cette situation ubuesque dure jusqu'en 1808.  Saint-Hilaire des Echaubrognes est démantelée. Elle est ensuite puis  rattachée à Saint-Pierre des Echaubrognes.

Le  dernier acte de ce puzzle territorial se joue en juin 1862. Simple  hameau de la commune, Loublande devient commune par décret de  l'empereur Napoléon III. Saint-Pierre des Echaubrognes a depuis lors  conservé le même périmètre

Un bourg où l'eau sourd de partout

Le  nom d'Echaubrognes viendrait du mot pré-latin born qui veut dire source  Dans un texte du 14e siècle, ce territoire est d'ailleurs décrit comme  un « bourg où l'eau sourd de partout ». Une dénomination qui puise sa  source dans la présence du ruisseau de Salbœuf. Ce petit court d'eau  sépare alors les deux anciennes paroisses. Il coule toujours de nos  jours, en tirant un trait d'union parfait entre le passé et le présent de  la commune.