Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Village de France
Village de France © Getty

Pourquoi y a t-il un lien entre Poitiers et l'auteur Alexandre Dumas ?

Diffusion du jeudi 28 juin 2018 Durée : 2min

C'est que la comtesse Dash, pseudonyme d'une femme de lettre, collaboratrice de l’écrivain, est née à Poitiers.

De son vrai nom Gabrielle Anna de Cisternes de Courtiras, elle y voit ainsi le jour le 1er août 1804 A sa naissance son père est directeur des domaines de la ville. Issue d'une famille aisée, elle fait une partie de sa scolarité dans un couvent. A 17 ans elle se rend à Paris afin de parfaire son éducation. Lorsqu'elle rentre à Poitiers le jeune et riche vicomte Eugène-Jules de Poilloüe de Saint-Mars lui demande sa main. Ils se marient en octobre 1822 Capitaine au 8e régiment de dragons, le vicomte emmène son épouse dans ses déplacements. Elle n'apprécie que très peu la vie de garnison. Le couple rejoint ainsi Paris, après Colmar, Epinal et Vendôme. Dans la capitale, la jeune aristocrate court les théâtres Le couple fini par se séparer.

Plus de quarante ouvrages

Gabrielle Anna de Cisternes connaît alors de terribles revers de fortune. Elle se retrouve bientôt ruinée. Elle essaye de vivre de sa plume sous le pseudonyme de la Comtesse Dash. A partir de cette époque, elle commence à publier de nombreux romans  sous ce nom. Au total, elle rédige plus de quarante ouvrages qui prennent comme décors le grand monde et les traditions d'ancien régime. Son premier livre,  intitulé Le Jeu de la Reine, paraît en 1839. L'ouvrage connaît un bon succès. La jeune femme se fait remarquer dans le monde des lettres. En tant que journaliste elle collabore à la Revue de Paris, au Pastel et au Journal des Jeunes Personnes.

Collaboratrice d'Alexandre Dumas

En 1853, elle participe au lancement du Mousquetaire, le Journal d'Alexandre Dumas. Elle y rend compte de la vie du monde et des soirées de concerts et de théâtre. Collaboratrice d'Alexandre Dumas, elle publie ensuite plusieurs romans sous le nom de cet écrivain. Les Mémoires d'une aveugle en 1856 et La Dame de volupté en 1863 sont ainsi de sa plume. La Comtesse Dash collabore également au Figaro. Elle y réalise ses 50 Portraits contemporains, brossés sous son autre pseudonyme, masculin celui la, de Jacques Reynaud.

Cette célèbre pictave d'origine repose définitivement sa plume en septembre 1872.