Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Charles-Benjamin Chameau, créateur des Rosières de La-Mothe-Saint-Héray
Charles-Benjamin Chameau, créateur des Rosières de La-Mothe-Saint-Héray © Radio France - Yves Besnard

Pourquoi y a t-il une maison des Rosières à la Mothe-Saint-Héray ?

Diffusion du mardi 28 novembre 2017 Durée : 2min

Ce bâtiment fait référence à une tradition locale qui remonte à 1821.

C'est Charles Benjamin Chameau, qui est à l'origine de cet événement festif. Né le 23 avril 1749 dans cette commune des Deux-Sèvres, il est issu d'une des familles bourgeoises les plus anciennes et les plus aisées du pays.

Le jeune Charles Benjamin part à Poitiers terminer ses études et y faire son droit. Il devient ensuite avocat au parlement de Paris. Aufil des ans, il accumule une belle fortune.

Une sombre histoire familiale va jeter les fondements de la tradition des Rosières

A la mort de son frère, chanoine de la cathédrale de Poitiers, Charles Benjamin compte hériter du Château dont son aîné a la charge. Mais,son frère le déshérite au profit de ses deux nièces. Charles Benjamin en restera profondément affecté.

La plaque commémorative en hommage à Charles-Benjamin Chameau - Radio France
La plaque commémorative en hommage à Charles-Benjamin Chameau © Radio France - Yves Besnard

Une rancune tenace qui le pousse a déshériter à son tour ses nièces lors de la rédaction de son testament en janvier 1816. Dans ce documentil fixe également les conditions d'utilisation de sa fortune pour la création de la tradition des Rosières. Charles Benjamin Chameau décède en 1816 à l’âge de 67 ans. Cinq années seront nécessaires à l’organisation des Rosières.

Le testament instaure les règles du mariage annuel de trois jeunes filles dans la commune.

Elles sont appelées rosières pour leur réputation vertueuse

Elles sont à l'origine choisies parmi les jeunes filles les plus pauvres. Chacune d'entre-elle reçoit ainsi une somme d’argent non négligeablele jour de son mariage La présentation des jeunes filles au balcon de la maison des Rosières est une des étapes incontournables de ce rituel populaire.

C'est du balcon de cette maison que les rosières saluent la foule lors de la fête des Rosières - Radio France
C'est du balcon de cette maison que les rosières saluent la foule lors de la fête des Rosières © Radio France - Yves Besnard

Pendant plusieurs années, le mariage était organisé le second lundi de juillet. Depuis 1972, les festivités s’étalent du vendredi soirau dimanche et comprennent de nombreuses attractions et animations.

De 1821 à 2017, 375 Rosières se sont mariées religieusement à l’église de La Mothe.

Jusqu'en 1914, il y a régulièrement trois rosières chaque année A notre époque, c'est une rosière qui se marie. Mais les candidates sontde plus ne plus difficiles à trouver. En 2017, la fête a ainsi battu son plain mais sans Rosière.

L'église de La-Mothe-Saint-Héray où se célèbre la cérémonie du mariage de la rosière. - Radio France
L'église de La-Mothe-Saint-Héray où se célèbre la cérémonie du mariage de la rosière. © Radio France - Yves Besnard