Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Le type d'appareil utilisé par Robin Hooper, le Lysander.
Le type d'appareil utilisé par Robin Hooper, le Lysander. © Getty - Fox Photos

Pourquoi y a t-il une rue André Bellot à Chauray, dans les Deux-Sèvres ?

Diffusion du jeudi 23 novembre 2017 Durée : 2min

Cette voie de la commune, située au cœur du quartier de Chaban, rend hommage à ce résistant, notamment pour son implication lors d'un événement qui remonte au 16 novembre 1943.

L'opération Scenery 1 est alors organisée de nuit par le réseau de renseignement franco-belge Delbo-Phénix. L'objectif est d'exfiltrer vers Londres deux agents de la Résistance. Il s'agit de Gérard Kaisin, dit Alex, responsable du réseau franco-belge Zéro-France et Joseph Dubar, alias Jean du Nord ou Jean de Roubaix, du Poste de Commandement Belge.

L'équipe niortaise du réseau Delbo-Phénix choisit un terrain isolé près de Périgné, au lieu-dit la Prairie, à 25 km de Niort. Le pilote britannique aux commandes de l'appareil, qui doit se poser sur cette partie du territoire deux-sèvrien, se nomme Robin Hooper.

L'avion parvient sur le site dans de très mauvaises conditions.

La brume a envahi la campagne. Robin Hooper, réussit à poser son appareil après deux tentatives infructueuses. Mais le champ où il atterrit est détrempé par d'importantes pluies. Au freinage, les roues de l'avion se bloquent. Il finit par s'embourber et ne peut pas redécoller.

L'appareil est détruit par le feu. Robin Hooper se retrouve coincé en territoire occupé. L'urgence est alors de le cacher.

Le pilote est emmené dans la ferme d'André Bellot à Chaban de Chauray.

L'homme est un résistant membre du réseau Delbo-Phénix. Robin Hooper passera ainsi un mois caché dans sa ferme.

Robin Hooper et Joseph Dubar seront exfiltrés dans la nuit du 16 au 17 décembre 1943. Ils décollent d'un terrain situé à Ecoussais près d'Assais, dans l’arrondissement de Parthenay.

André Bellot fut finalement déporté au camp de Wailingen. Il y mourut le 14 janvier 1945. La rue qui porte son nom, ainsi qu'une stèle commémorative, lui rendent hommage à Chauray.