Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Village de France
Village de France © Getty

Pourquoi y a t-il une rue Jean Pommier à Niort ?

Diffusion du vendredi 6 avril 2018 Durée : 2min

C'est un hommage à un ancien professeur au Collège de France

Elle  porte le nom de Jean Pommier depuis une décision du conseil Municipal  du 30 mars 1973, en souvenir de cet enseignant du Collège de France que  l'on surnommait "le grand professeur". Cette rue traverse le Boulevard Tardy et se rattache à la rue de la Broche.

Des lectures maternelles à l'École normale

Jean  Pommier est le fils de Louis, un Commis des Postes et Télégraphes et de  Blanche Marguerite Latouche. Il voit ainsi le jour en décembre 1893 à Niort. Sa famille habite alors au 38, rue de la Gare.

Sa  mère joue un grand rôle dans son instruction. Elle lui récite notamment  les vers du poète français Jean Racine. Après des études secondaires au  lycée Fontanes de Niort, il obtient une bourse et peut poursuivre son  parcours scolaire au Lycée Louis-le-Grand, à Paris. Il termine ensuite  premier au concours de la prestigieuse École normale en 1913.

Une chaire au Collège de France

La  Guerre met entre parenthèse son parcours de professeur. Après le  conflit, il obtient son agrégation de Lettres. Sa carrière professorale débute alors. Il est successivement maître de conférences à Amsterdam puis à la faculté de Strasbourg. Jean Pommier obtient ensuite  son doctorat de lettres et devient professeur à la faculté de lettres de la Sorbonne à Paris.

Après  la Seconde Guerre mondiale, il obtient une chaire d'Histoire des  créations littéraires au Collège de France. C'est une des plus  hautes distinctions dans l'enseignement supérieur français. Il y succède à  l'écrivain et philosophe Paul Valéry. Jean Pommier y enseigne jusqu'à  sa retraite en 1964.

Auteurs classiques et enfance niortaise

Au-delà  de sa carrière dédiée à l'enseignement, Jean Pommier publie quelques  œuvres. Il s'y intéresse notamment à Ernest Renan, Charles Baudelaire,  Alfred de Musset, Paul Valéry, ou encore Chateaubriand et Proust. Il  publie également quelques ouvrages généraux sur la littérature.

Trois  ans avant sa mort, il rédige un livre autobiographique. Intitulé "Le  Spectacle intérieur", cette œuvre revient largement sur son  enfance niortaise. Jean Pommier décède en février 1973 dans un accident  de la route, à Menton, où il avait pris sa retraite.