Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Village de France
Village de France © Getty

Pourquoi y a t-il une rue Prosper Jouneau à Parthenay ?

Diffusion du vendredi 9 mars 2018 Durée : 2min

Créateur d'une des faïenceries les plus réputées de la ville, à la fin du 19 ème siècle, ce personnage a marqué le monde des arts de son empreinte.

Prosper  Jouneau voit le jour en 1852 à Parthenay. Son père, est ouvrier plâtrier. L'artisan a probablement transmis à son fils le goût du travail  de la matière. Un terrain fertile qui permet assez rapidement au jeune  Prosper de montrer de réelles aptitudes pour la sculpture et le  modelage. Un talent qui oriente ses études.

Sa  famille l'encourage à poursuivre dans cette voix. Alors qu'ils se sont  installés à Niort, les Jouneau vont également recevoir l’aide financière  de la ville et du Département des Deux-Sèvres. Prosper Jouneau peut  ainsi intégrer l’École des Beaux-Arts de Poitiers. Son parcours le mène  ensuite à l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris. Très rapidement le  jeune homme se fait une belle réputation de sculpteur de talent.

Créateur des Faïences d’Art de Parthenay

L’Exposition  universelle de Paris de 1878 va chambouler la vie du jeune artiste. Sa  visite de la section céramique et la découverte de la faïence, seront  ainsi déterminantes pour la suite de son parcours professionnel. Au fil  des années qui suivent, il apprend toutes les ficelles de ce nouveau  métier.

Il  s'associe ensuite avec Henri Amirault, un riche notable parthenaisien,  et crée la société des Faïences d’Art de Parthenay en 1882.  Premier directeur de l'entreprise, Prosper Jouneau se donne les moyens  d’asseoir la notoriété de la faïencerie Il présente ses réalisations  dans les foires-expositions et salons

Un savoir-faire reconnu

Il  participe également à plusieurs Expositions universelles. L’accueil est  élogieux lors de l'édition de 1885 à Anvers. Malgré la médaille d’or pour  son plafond Renaissance et pour son reliquaire, le bilan financier de  l’Exposition universelle de Paris, en 1889, se révèle néanmoins  déficitaire. Après plusieurs procès l'opposant à son associé pour cette  affaire, il n'est plus autorisé à poursuivre la production des faïences à  Parthenay.

Amer, Jouneau part s’installer à Montpellier pour y diriger l’École régionale des Beaux-Arts,

Il s’éteint finalement en 1921.