Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

La Vénus de Milo, découverte thouarsaise
La Vénus de Milo, découverte thouarsaise © Getty - Francois LOCHON Gamma-Rapho

Quel est le lien entre la ville de Thouars et la Vénus de Milo ?

Diffusion du jeudi 7 décembre 2017 Durée : 2min

C'est en fait un thouarsais, Olivier Voutier, qui a découvert cette célèbre sculpture grecque sur l'île de Milos.

Olivier Voutier est né à Thouars, en1796. Son père y est alors commandant de garnison. A 15 ans, le jeune Olivier entre à l’École navale de Brest. En avril 1820, il est à bord de la goélette l’Estafette, affrétée par le roi de France Louis XVIII.

L'équipage fait alors escale à Milos Cette île est située à l’extrême sud ouest de l'archipel des Cyclades. Passionné d’Histoire, et notamment par l’Antiquité, Voutier profite de ses permissions pour visiter les environs.

Au cours d’une promenade sur l’île, Olivier Voutier est attiré par le travail d’un paysan

Le bonhomme fouille un monticule de terre. Il est à la recherche de pierres pour bâtir un mur autour de son champ. En creusant, le paysan a mis à jour ce qui ressemble à des pierres sculptées. Voutier l’aide à creuser plus profondément. La partie inférieure de la statue et quelques fragments lui appartenant, comme le nœud d'un chignon sont alors déterrés. Le buste n'a déjà plus ses bras.

Les deux hommes viennent de découvrir la fameuse Vénus de Milo

Grâce à aux efforts d’Olivier Voutier auprès de ses supérieurs, la statue est ramenée en France en septembre 1820. Mais ce n'est pas Voutier qui en aura les honneurs. C'est l’explorateur Dumont Durville, arrivé 12 jours plus tard, qui embarquera la Vénus. Il la remet au roi Louis 18 qui la cède au Musée du Louvre, où elle est encore conservée de nos jours.

Comme on peut aisément l’imaginer, Olivier Voutier est très déçu d'avoir ainsi été mis de côté. Il finira d'ailleurs par démissionner de la Marine. Il met ensuite son sabre et son expérience de soldat au service de la cause grecque, contre l'empire Ottoman. De 1821 à 1827, il participera à la guerre d’indépendance en s’illustrant par de nombreux faits d’armes.

Il finit par se retirer dans le sud de la France, à Hyères, où il décède en avril 1877.