Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Bernard Menez
Bernard Menez © Maxppp - Didier Crasnault / La Voix du Nord

Quel est le lien entre Thouars et le réalisateur de cinéma Pascal Thomas ?

Diffusion du mercredi 10 janvier 2018 Durée : 2min

Une partie de son film « Pleure pas la bouche pleine » a été tournée dans cette commune des Deux-Sèvres.

L'histoire que retrace ce long métrage, sorti sur les écrans français le 25 octobre 1973, avait en effet pris comme décors un paisible village du département. Thouars aura ainsi séduit les équipes de repérage de la production. Des séquences de cette comédie ont également été tournées à Marnes, dans les Deux-Sèvres et à Moncontour dans la Vienne.

Pascal Thomas réalise ainsi avec ce film une très belle fresque rurale d'1h30. Un film « vrai et naturel », comme on pouvait le lire à sa sortie, « qui raconte, dans un cadre de verdure et au rythme lent d'une rivière qui coule, la vie des gens et notamment des jeunes de la campagne avant qu'elle ne soit gâtée par le mode de vie urbain. »

Premier grand rôle pour Bernard Ménez

La plupart des acteurs du film étaient des amateurs. C'est notamment le cas de l'héroïne incarnée par Annie Colé. La distribution aligne tout de même quelques noms connus comme Jean Carmet ou Daniel Ceccaldi. Bernard Ménez y trouve également son premier grand rôle Il deviendra d'ailleurs un des acteurs fétiches de Pascal Thomas. On le verra ainsi à l'affiche du film « Le Chaud lapin » dès l'année suivante.

La musique a pour sa part été composée par Vladimir Cosma. On lui doit notamment les airs inoubliables des films « Le Grand Blond avec une chaussure noire » d'Yves Robert et « Les Aventures de Rabbi Jacob » de Gérard Oury.

Un cinéma décomplexé

Le film est plutôt bien accueilli à sa sortie dans les salles. Il est même devenu le reflet d'une époque imprégnée d'une grande liberté Pleure pas la bouche pleine incarne ainsi le cinéma décomplexé des années soixante-dix. Son caractère joyeux apportait un contre pied aux films majoritairement sérieux produits pendant cette période.

Une approche qui a failli coûter cher au film. Personne ne voulait en effet le sortir. C'est finalement Claude Berri qui a produit ce long métrage qui aura marqué son époque.