Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Village de France
Village de France © Getty

Quelle est l'origine du nom de la rue de la Chaîne à Poitiers ?

Diffusion du lundi 27 novembre 2017 Durée : 2min

La rue tire son nom des chaînes que l’on tendait pour barrer le passage en cas de trouble.

Ces chaînes servaient également à protéger de la circulation, le marché qui se tenait alors sur l’actuelle place de la Liberté. Une ordonnance de 1612 mentionne cette particularité. Il est probable que le quartier était souvent agité.

Des prisons étaient alors implantées dans les parages.

Lors des transferts de prisonnier, des mouvements de foules auraient ainsi pu justifier le recours à ces chaînes, pour barrer la route aux personnes venues manifester.

A l’époque, la rue de la Chaîne constituait un axe de circulation important.

C’était en fait le chemin le plus direct pour se rendre en centre-ville de Poitiers, en arrivant de Paris.

La rue de la Chaîne se situe dans le prolongement de la rue Descartes. Elle est jalonnée de maisons anciennes datant du 15e au 18e siècle.On y admire surtout l’Hôtel Berthelot, hôtel particulier de style Renaissance. C'est le maire de la ville, René Berthelot, qui le fait construire à partir de 1529. Il accueille depuis 1953 le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale.

Rue de la Chaîne à Poitiers - Radio France
Rue de la Chaîne à Poitiers © Radio France - France Bleu Poitou

Ce lieu a été le témoin d'une histoire d'amour qui a mal fini.

L'une des filles de René Berthelot, Jeanne, y fut courtisée par un jeune poète, étudiant en droit à Poitiers, Jean Bastier de La Péruse.Mais le père Berthelot ne voyait pas cette relation d'un bon œil. Il faut dire qu'à cette époque, les jeunes filles de bonne famille ne choisissaient par leur mari.

Les Berthelot marièrent ainsi Jeanne à un riche seigneur nommé Jacques du Fouilloux, mais pas pour le bonheur de leur fille. Les deux passionsdu bonhomme, la chasse et les amours champêtres, eurent raison de sa fidélité. La légende veut qu'il eut une cinquantaine d'enfants illégitimes.

Quant à La Péruse, il mourut de chagrin à 25 ans, laissant comme témoignage de sa mélancolie quelques vers :

C'est un trop grand desplaisir

A pauvres jeunes pucelles

Se marier au plaisir

Des parents, et non d'elles