Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Poitiers. Hôtel Fumé
Poitiers. Hôtel Fumé - PHOTOPQR LA NOUVELLE REPUBLIQUE. Max PPP..jpg

Quelle est l'origine du nom de la rue des Flageolles à Poitiers ?

Diffusion du mercredi 14 mars 2018 Durée : 2min

Quelle est l'origine du nom de la rue des Flageolles à Poitiers ?   

Cette rue tirerait son nom d'une de ses maisons, celle de Jean de la Flayolle, qui fut maire de Poitiers en 1440. Mais il semblerait également qu'à la fin du 16 ème siècle, on trouvait dans la rue un lieu nommé Jeu de paume de la Flayolle.   Les musiciens de l'époque y jouaient notamment de la flageolle, ou flageolet, une petite flûte. Les appellations populaires auraient ainsi évolué au fil des décennies, pour passer du nom du maire à celui de l’instrument de musique.   

Un hôtel du 15 ème siècle   

Cette rue est construite en partie sur les fortifications romaine qui dataient du 3 ème siècle. On y trouve notamment une bâtisse qui, de nos jours, connaît un usage bien différents de celui de ses débuts. Il s'agit de l'Hôtel Royrand.   Cet édifice remarquable date de la deuxième moitié du 15 ème siècle. C'est Nicolas Royrand qui fit construire cette demeure. Lieutenant général de la sénéchaussée du Poitou, conseiller du Roi, il fut également maire de Poitiers à la fin du quinzième siècle.   

Réussite sociale   

De petite noblesse, il rentre dans la riche société poitevine en épousant une certaine Marguerite Chailler. Avec la construction de cette résidence, il certifiait ainsi la réussite sociale de sa famille, comme c'était la tendance à l'époque. C'est ainsi un des nombreux bâtiments, construits dans ce secteur de la ville, par la haute bourgeoisie citadine, dans la seconde moitié du 15e siècle.   La demeure se compose de deux corps de bâtiment disposés en équerre. Une tourelle d'angle à 5 pans permet de desservir les étages supérieurs de la demeure.  

7 logements sociaux   

Depuis 1978, l'Hôtel Royrand abrite 7 logements sociaux. La bâtisse fait ainsi partie des demeures classées au titre des Monuments historiques, ou de vastes hôtels particuliers convertis pour devenir des habitats sociaux.   Il est ainsi possible de vivre dans un hôtel du 15 ème siècle sans pour autant rouler sur l'or. Au même titre que la Maison des trois clous dans la Grand’Rue, l’hôtel de Royrand rue des Flageolles, connaît ainsi une affectation bien différente de ces usages d'origine.