Replay du vendredi 2 mars 2018

Quelle partie du Poitou fait penser à l'Italie ?

Il s'agit de la Venise verte.

Le marais poitevin
Le marais poitevin © Maxppp - Collection Watier

Cette  partie du marais Poitevin, également appelée marais mouillé, tire son  nom des nombreux canaux qui la sillonnent, à l'image de la cité  vénitienne.

Une construction humaine

Pendant  des millénaires, un grand golfe marin, s'étend en effet à perte de vue  sur cette partie du pays. Il faut attendre le 11 ème siècle pour que la  main de l'homme commence à façonner ces paysages. Un mouvement initié  par les abbayes présentent sur le territoire afin d’exploiter plus  facilement les terres. La partie du Marais poitevin proche de la mer a  tout d'abord fait l'objet de ces vastes travaux d’aménagement. Elle  constitue aujourd'hui le marais desséché.

Un labyrinthe aquatique

Ces  parties, éloignées de la mer, ne seront aménagées qu'à partir du début  du 19ème siècle. Des grands travaux vont alors donner au marais mouillé  l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui.

Sillonnée  de très nombreux canaux, cette Venise verte est un véritable labyrinthe  aquatique. Ce sont les maraîchins qui ont creusé ces centaines de  kilomètres de fossés, de conches et de canaux. Un réseau hydraulique,  servant alors de voie de communication, en complément de la Sèvre  niortaise.

Neuf barrages écluses

Avant  l’arrivée du chemin de fer, les navires de haute-mer, chargés de  marchandises, naviguaient jusqu’à Marans en Charente Martime. Delà, les  gabares, ces longues embarcations à fond plat, prenaient le relais  jusqu’à Niort, via la Sèvre niortaise.

Mais  la navigation sur cet axe fluvial a nécessité des aménagements  particuliers. La dénivellation de la Sèvre niortaise, entre Niort  et Marans est environ d'une dizaine de mètres. Il a donc fallu trouver un  système permettant d'assurer une ligne d' eau suffisante pour le  passage des bateaux.

Afin  de rendre le cours d' eau navigable, neuf barrages écluses sont ainsi  implantés au fil du fleuve. Ces ouvrages portent des noms qui racontent  d'eux-mêmes toute une histoire du marais. Les Enfreneaux, le Carreau  d’Or, Bazoin, les Bourdettes, la Sotterie, le Marais Pin, la  Tiffardière, la Roussille et Comporté veillent ainsi depuis le 19 ème  siècle sur la vie fluviale et maraîchine.