Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Village de France
Village de France © Getty

Robert, le Chouan de Saint-Pardoux

Diffusion du lundi 10 juin 2019 Durée : 2min

Un certain Robert le Chouan a laissé son empreinte à Saint-Pardoux-Soutiers, dans les Deux-Sèvres.

Robert le Chouan, de son vrai nom François Augustin Robert a en effet écrit quelques pages mouvementées de l'histoire de ce territoire situé au centre du département des Deux-Sèvres, à 10 km au Sud de Parthenay. Avant de fusionner, le 1er janvier dernier, Saint-Pardoux et Soutiers ont vécu leur histoire chacune de leur côté. François Augustin Robert voit ainsi le jour à Saint-Pardoux, en 1795. Ses parents sont domestiques. Le jeune Robert se démarque rapidement de ses camarades par une vive intelligence.

Une vie amoureuse tumultueuse

A l'âge adulte, sa vie bascule. Il devient secrètement l'amant d'Angélique Séraphine de Lauzon. C'est la fille du Comte Joachim Antoine de Lauzon et de Françoise de Pied de Fond, héritière du Château de Péré, près de Marigny. Angélique a 26 ans de plus que Robert. Une petite fille, serait née de cette union secrète. La vie amoureuse de notre homme se révèle assez tumultueuse. En 1822, il demande ainsi en mariage la fille du Maire de Saint-Pardoux. Mais on lui refuse cette union. Qu'à cela ne tienne, le sieur Robert simule un enlèvement. Il finit par obtenir gain de cause.

Rébellion et surnom

En 1832, il participe activement à la révolte en faveur du Duc de Bordeaux. C'est à ce moment qu'il prend le surnom de Robert le Chouan. Il multiplie alors les coups aidé par d'autres rebelles. Il s’en prend notamment aux Percepteurs Royaux et ridiculise les gendarmes lancés à sa poursuite. Il parvient en effet à s’échapper sur l’un de leurs chevaux à l’auberge d’Azay-sur-Thouet. Robert le Chouan devient une figure  connue en Gâtine. Mais la révolte échoue.

Arrêté mais acquitté

Il se cache puis s'exile en Savoie qui n'est alors pas française. De retour en Gâtine, après maintes péripéties, il est à nouveau poursuivi. Il se livre cette fois sans résistance. Jugé à Niort, le 4 avril 1837, il est finalement acquitté après s'être défendu comme un beau diable. Après une vie pleine de rebondissements, François Augustin Robert, alias Robert le Chouan, meurt finalement en 1868 à l'âge de 73 ans.