Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Village de France
Village de France © Getty

Un pigeonnier postal à Sauzé-Vaussais

Diffusion du mardi 9 octobre 2018 Durée : 2min

Sauzé-Vaussais, en Deux-Sèvres, possède un pigeonnier pas comme les autres. Focus sur ce monument à l'occasion de la Journée Mondiale de La Poste.

En ce 9 octobre, c'est en effet la Journée mondiale de la poste. Une date qui est en fait le jour anniversaire de la création de l'Union postale universelle à Berne, en Suisse en 1874. Ce jour a été déclaré Journée mondiale de la poste en 1969. Et nous en profitons donc pour évoquer l'histoire du pigeonnier de la Poste Royale en service pendant des décennies à  Sauzé-Vaussais.

520 pigeons

Ce pigeonnier a été construit à la fin du 16ème siècle, sous Henri IV. Il appartient alors à la famille Coulleau du Vigneau. Un document de 1542; précise ainsi que Mathurin Coulleau est le Maître de Poste de Sauzé. La poste est donc doté d'un pigeonnier dont la vocation première est  l’acheminement des pigeons voyageurs. A une époque, pas moins de 520 volatiles sont ainsi utilisés par la Poste Royale de Sauzé. Les décennies passent. Le pigeonnier est peu à peu délaissé et tombe en ruine. En 1993, l’édifice est donné à la mairie de Sauzé-Vaussais. Débute alors un vaste chantier de trois ans. Le pigeonnier est démonté et rénové. Il est finalement remonté à un autre emplacement. Depuis 1999, on peut ainsi l'apercevoir le long de la route départementale D948.

Un métier risqué

La poste royale faisait partie d'un réseau relié par des cavaliers. Sauzé-Vaussais se trouve ainsi sur l'axe Tours-Bordeaux long de 340 kilomètres. De relais en relais, il faut 24 heures aux cavaliers pour porter le courrier  Une aventure qui parfois tourne court. Vers 1568 deux cavaliers sont ainsi assassinés en pleine course aux environs de Sauzé-Vaussais. L'un d'entre-eux n'est autre que le maître de la poste royale. L'histoire ne précise pas les conditions ni les raisons de cette attaque mortelle. En pleine guerre de religion entre catholiques et protestants, la présence de courriers à priori destinés à la famille royale,  a pu attiser les convoitises. Une page de l'histoire de Sauzé-Vaussais qui se refermera des décennies plus tard, avec la fin des relais de poste à cheval.