Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Village de France
Village de France © Getty

Un samedi soir à Saint-Gervais-Les-Trois-Clochers

Diffusion du vendredi 7 septembre 2018 Durée : 2min

La commune de Saint-Gervais-Les-Trois-Clochers dans la Vienne vous invite à passer un samedi soir à la ferme.

Les producteurs du Centre d’initiatives pour valoriser l'agriculture et le milieu rural du Pays Châtelleraudais, renouvellent en effet leur événement estival intitulé Un samedi soir à la ferme. La découverte de trois fermes est au programme cet été. Demain samedi, c'est donc celle du Pré Joly, à Saint-Gervais-Les-Trois-Clochers, qui vous ouvre ses portes. Visite de la ferme, marché fermier, repas paysan et concert du groupe poitevin  Ô bec  sont au programme, histoire de passer un bon moment tout en dégustant les productions locales.

Trois paroisses et un clocher

Ne cherchez pas les trois clochers dans la commune. On y trouve une seule église avec un clocher unique. Le nom vient en fait de la réunion de trois anciennes paroisses. Il y a tout d'abord, Saint Gervais dont l’église était implantée à l’emplacement de celle d'aujourd’hui. Les deux autres étaient Saint Martin et Avrigny. Deux paroisses qui sont supprimées et rattachées à celle de Saint-Gervais en 1818.

Georges Gilles de La Tourette

Le 30 octobre 1857, Saint-Gervais-Les-Trois-Clochers voit naître le futur neurologue et précurseur de la psychiatrie, Georges Gilles de La Tourette. Il vient au monde à l’occasion d’une visite de ses parents chez un oncle, médecin, qui habite le bourg. Après des études secondaires à Châtellerault il poursuit sa scolarité en faisant médecine à Poitiers. Georges Gilles de La Tourette continue son parcours à Paris. Il est alors un des élèves favoris du professeur Jean-Martin Charcot, célèbre neurologue français. Médecin des hôpitaux à Paris en 1893, il est nommé agrégé de la faculté de médecine l'année suivante.

En psychiatrie

Il reste célèbre pour ses recherches en neuro-psychiatrie. Son nom est en effet attaché à une maladie des tics nerveux : Le syndrome de Gilles de La Tourette. Blessé à la tête par une patiente, affecté par la disparition tragique de son fils, son état mental se détériore. Il est finalement démis de ses fonctions médicales et interné dans une clinique psychiatrique à Lausanne, où il meurt le 26 mai 1904.