Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Village de France
Village de France © Getty

Un voyage « Louin » dans le temps

Diffusion du mercredi 30 janvier 2019 Durée : 2min

Louin, dans les Deux-Sèvres est une commune dont les premiers pas remontent à plusieurs milliers d'années.

Il est ainsi probable que des tribus habitent déjà cette partie des Deux-Sèvres il y a près de 6 000 ans. On relève quelques traces de leur existence, notamment au travers de leurs monuments funéraires. Quelques siècles plus tard, la période gauloise va pour sa part laisser une trace d'un autre genre. C'est à cette période que les bases du nom de la commune sont jetées. Plusieurs versions coexistent. Pour certains, le nom de la commune serait une déformation de lucodunum, ce qui signifie colline bien éclairée en gaulois  D'autres attribuent les prémices du nom au dieu LUG, celui  du soleil levant, qui est alors.vénéré par les Gaulois,  La seule certitude est qu'on trouve trace du nom du village dans un document daté de l'année 1095. On parle alors de Loung. Le nom perd ensuite son g, puis prend un Y puis un I et un h pour finalement endosser l'orthographe actuelle de Louin.

Deux sarcophages du 4ème siècle

L'hypogée de Louin présente un grand intérêt. Il est découvert en 1898 par un agriculteur. Une porte d'entrée murée est alors exhumée. Elle mène à un  caveau funéraire très ancien. A l'intérieur, on trouve deux cercueils de pierre. On fait alors appelle au Père de la Croix, qui, à l'époque, est l'archéologue le plus réputé de la région. C'est en effet lui qui a découvert la villa gallo-romaine de Sanxay et l'hypogée de Poitiers. Il étudie ainsi de très près, le monument de Loin. Après quelques jours de recherche, il découvre les restes d'un temple et plus précisément d'un hypogée païen remontant à la fin du IVe siècle. Le Père de la Croix consigne cette découverte dans ses carnets. Il y laisse quelques notes sur les deux sarcophages. On peut ainsi lire que : Le plus grand est doublé d'un cercueil en plomb contenant encore le squelette d'un homme d'environ 30 ans.. 121 ans plus tard, l'hypogée est toujours visible dans cette commune des Deux-Sèvres qui nous a emmené aujourd'hui très loin en arrière dans le temps.