Histoires Littorales

Clone of Escale sur l'île Cézembre, l'île aux 20.000 bombes

Podcasts :
L'île Cézembre au large de Saint-Malo
L'île Cézembre au large de Saint-Malo © Radio France

Histoires Littorales jette l'ancre sur l'île Cézembre au large de Saint-Malo. Une île meurtrie. C'est l’endroit d’Europe le plus bombardé de toute la Seconde guerre mondiale. En quatre semaines, pendant l'été 1944, près de 20 000 bombes ont été déversées sur l'île. Elles sont toujours enfouies dans le sol et peuvent à tout moment exploser. C'est pour cela que 90% de l'île est interdite au public. Mais ce site idyllique va s'ouvrir davantage aux touristes.

C'est avec une vedette de la SNSM que nous quittons Saint-Malo. A bord, des démineurs de la Marine, des élus et des membres du Conservatoire du Littoral. Destination, l'île de Cézembre, un confetti de 16 ha au large de Saint-Malo. L'île est située à un peu moins de 4 km seulement des remparts. C'est ici, en août 1944 que l'armée allemande s'était retranchée dans ses blockhaus. Cézembre a été la cible d'intenses bombardements au napalm et au phosphore pendant l'été 1944.

Arme secrète de la Seconde guerre mondiale, le napalm, substance incendiaire interdite par l'ONU en 1980 a été utilisé pour la première fois en Europe sur l'île malouine. Au total près de 20.000 bombes et autres obus ont été largués ici en quatre semaines. Et ils se cachent toujours dans le sol de l'île. C'est d'ailleurs pour cette raison que 90% de la superficie est interdite au public. 

90% de l'île Cézembre est interdite aux touristes - Radio France
90% de l'île Cézembre est interdite aux touristes © Radio France

Nous débarquons sur la seule plage dépolluée, ouverte aux touristes. L'objectif du conservatoire du littoral c'est d'ouvrir davantage ce gros rocher aux touristes. Mais avant, il faut complètement dépolluer l'île. 

Les démineurs de la Marine nationale sont venus avec des piquets en bois qu'ils vont planter dans le sol. Ces piquets détermineront le futur chemin que pourront emprunter les visiteurs. Mais pas question de les planter n'importe où. Il faut d'abord s'assurer qu'à l'endroit choisi pour baliser le chemin, il n'y a pas d'obus caché.

Des piquets plantés pour baliser le futur chemin  - Radio France
Des piquets plantés pour baliser le futur chemin © Radio France

Lorsque l'on marche sur l'île, on peut constater encore aujourd'hui à quel point les bombardements ont été intenses. L’île a été défigurée. Elle est cabossée de partout. On dénombre environ 2000 cratères. Il reste encore des blockhaus, des canons rongés par la rouille qui témoignent de ce passé meurtrier.

A Cézembre, il reste encore des canons rongés par la rouille qui témoignent de ce passé meurtrier - Radio France
A Cézembre, il reste encore des canons rongés par la rouille qui témoignent de ce passé meurtrier © Radio France

 

Pour l'instant, seule la plage a été entièrement dépolluée. Près de 200 munitions ont déjà été retirées du sol, ainsi que 62 T de méthane.

L'entrée de l'île Cézembre, avec sa plage dépolluée - Radio France
L'entrée de l'île Cézembre, avec sa plage dépolluée © Radio France

Sur cette plage, seul endroit ouvert au public, près de 10.000 visiteurs viennent bronzer chaque année et profiter du restaurant ouvert pendant la saison estivale. 

Après la dépollution, les touristes pourront sillonner un sentier d'environ 3 km sur les parties Nord et Ouest de l'île.

Les démineurs plantent les piquets en bois pour baliser le futur chemin accessible aux touristes - Radio France
Les démineurs plantent les piquets en bois pour baliser le futur chemin accessible aux touristes © Radio France