Ils font le Pays Basque

Du mardi au jeudi à 18h10

Jean-Philippe Leremboure co-directeur de la Compagnie des Syrtes à Ciboure
Jean-Philippe Leremboure co-directeur de la Compagnie des Syrtes à Ciboure © Radio France - Isabelle Noguès

Le chorégraphe et danseur Jean-Philippe Leremboure

Diffusion du jeudi 6 février 2020 Durée : 29min

Le projet "Le triptyque du naufrage" avec la compagnie des Syrtes co-dirigiée par Jean-Philippe Leremboure

Jean-Philippe Leremboure est le frère d'Henri Leremboure, le propriétaire de la Maison Louis XIV à St Jean de Luz. Jean-Philippe a passé une partie de son enfance en Espagne, il fait sa scolarité en Béarn à Orthez. Puis la famille part vivre à Paris, où Jean-Philippe restera de nombreuses années. Il suit une formation de comédien et de danseur, et c'est pour lui une révélation. Son intérêt pour la littérature et la poésie l'amène à suivre le cours René Simon à Paris. Ce sera ensuite la danse à la Fac, puis à la Sorbonne. il rencontrera ensuite une chorégraphe qui le forme et avec laquelle il travaillera pendant une dizaine d'années. 

Dans les années 1994-95 Jean-Phillipe Leremboure rejoint la Compagnie des Syrtes créée et dirigée par sa compagne Corinne Lallemand en 1983. Le couple reste à Paris jusqu'en 2003, et revient au Pays Basque à la faveur d'une proposition de Joëlle Darricau, la propriétaire des grottes d'Isturitz et d'Oxocellaya. Jean-Philippe assurera la direction artistiques des grottes jusqu'en 2013.

C'est à ce moment-là qu'il rénove totalement le domaine familial Ezpeletenia à Ciboure pour en faire une résidence à la fois touristique, et une résidence d'artistes.

En 2018 c'est la création du "Triptyque du naufrage", 3 pièces sur une mise en scène de Lina Prosa, autour du thème des migrants. "Lampedusa beach"  raconte l’histoire de Shauba, une migrante africaine, qui se noie près des côtes de l’île de Lampedusa. La pièce sera donnée le 15 février à Hendaye dans le cadre du festival Solo, ensuite le 18 février à la médiathèque de Biarritz, et le 3 mars à Hasparren.

Mots clés