Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Place de la République.
Place de la République. © Getty - Jacques LOIC

1789, l’origine de « la droite » et « la gauche » dans la politique en France

Diffusion du lundi 3 décembre 2018 Durée : 4min

Le 17 juin 1789 n’est pas une date comme les autres. Un mois avant, Louis XVI a ouvert les Etats Généraux, autrement dit une rarissime consultation de députés élus par les trois ordres sociaux qui sont reconnus en France à l’époque : la Noblesse, le Clergé et le Tiers Etat.

Ce fameux 17 juin 1789, les Etats Généraux échappent à Louis XVI. Les députés du tiers Etats, quelques députés du clergé et de la Noblesse prennent le nom d’Assemblée Nationale. Autrement dit l’Assemblée de la Nation face au Roi. Louis XVI tente de les empêcher de se réunir en fermant la salle des menus plaisirs qui a cet usage le 20 juin, mais les députés s’installent juste à côté, dans la salle du jeu de paume. C’est là que le député Bailly prononce ces mots « Faisons le serment ici et maintenant de ne jamais nous séparer et de nous rassembler partout où les circonstances l’exigent jusqu’à ce que nous ayons donné à la France une constitution ». C’est véritablement l’acte de naissance de notre Assemblée Nationale. 

Louis XVI couchera finalement les pouces, et la toute nouvelle assemblée commence ses travaux pour donner une constitution à la France. Et c’est lors d’un vote que naît la différence droite gauche. Alors qu’on discute des pouvoirs respectifs du roi et des représentants de la Nation, pour compter les voix plus facilement, on demande au député de se ranger d’un côté ou de l’autre du président de l’assemblée. A sa gauche ceux qui veulent plus de pouvoir pour les députés, à sa droite ceux qui veulent plus de pouvoir pour le roi.  Ce placement s’installe définitivement avec le temps. Et se maintient quand la forme d’un hémicycle est adoptée pour recevoir les députés. Au plus haut de la droite et de la gauche s’installent les députés les plus virulents. On appelle d’ailleurs montagnards les députés situés en haut à gauche de l’Assemblée aux côtés de Robespierre.

 Au centre, face au président de l’Assemblée Nationale s’installeront les députés qui voteront parfois avec la droite, parfois avec la gauche, parfois pas du tout. Et voilà donc plus de 2 siècles que cette différence de placement dans l’Hémicycle marque l’essence même de la politique en France.