Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Le magistrat français Duport (1759-1798) était un important monarchiste constitutionnel au début de la Révolution française de 1789.
Le magistrat français Duport (1759-1798) était un important monarchiste constitutionnel au début de la Révolution française de 1789. © Getty - Print Color

1791, les juifs de France deviennent citoyens français

Diffusion du lundi 18 mars 2019 Durée : 3min

Le 27 septembre 1791, Adrien Duport monte à la tribune de l’Assemblée Nationale. Ça n’est pas du tout prévu mais ce qu’il a à dire lui tient à cœur et il improvise.

Il veut obtenir la citoyenneté Française pour ses compatriotes juifs et il considère que l’Assemblée Nationale a assez traîné sur la question. Jusqu’à ce jour, la situation est pour eux bien différente selon les époques et les endroits de France. Au Moyen Âge, on interdit aux juifs d’exercer des fonctions civiles, on les oblige à porter la rouelle où le chapeau pointu.  On les oblige aussi à vivre dans des endroits dédiés en ville, dont on retrouve d’ailleurs trace dans nos « rue des juifs » ou « rue aux juifs » dans certaines villes de France. 

Le mot ghetto désigne ce quartier à Venise, il sera élargi à d’autres villes et deviendra tristement célèbre. Interdiction est également faite par l’Église aux juifs d’épouser des chrétiens, de posséder des terres dites chrétiennes, et donc d’être paysans. On leur interdit aussi le travail manuel dans certaines régions. Pour vivre ils sont contraints de se tourner vers les métiers intellectuels comme la médecine ou la banque. Régulièrement chassés, persécutés, il leur faudra attendre le XVIIIe siècle pour voir leur condition s’améliorer. En 1781, en Autriche, Joseph II, empereur, leur accorde la liberté de culte en même temps que les protestants. En France, Louis XVI signe lui aussi un édit de Tolérance en 1787. 

Deux ans après le début de la Révolution Française, Adrien Duport décide que la question doit être réglée une fois pour toutes. « Je crois que la liberté de culte ne permet aucune distinction dans les droits politiques des citoyens en raison de leur croyance » et il ajoute « Les Turcs, les Musulmans, les hommes de toutes les sectes, sont admis à jouir en France des droits politiques. Je demande qu’en conséquence il soit décrété que les Juifs jouiront en France des droits de citoyen actif ». Dans la foulée, La loi est votée. Depuis cette date, 1791, si l’on excepte l’odieuse parenthèse du régime de Vichy, il y a des Français. Juifs ou non, comme il y a aussi des Français croyants ou non, blancs ou noirs mais tous libres et égaux en droits.