Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Le fameux Orient Express
Le fameux Orient Express © Getty

1883, le premier voyage de l’Orient Express

Diffusion du lundi 21 mai 2018 Durée : 4min

La Gare de Strasbourg en 1883, aujourd'hui Gare de l'Est, a vu partir le premier « Orient express ». Un train d’un luxe incroyable qui permettait de rallier Paris et Istanbul et qui a servi de cadre à un roman passionnant signé par l’une des passagères, Agatha Christie.

Paris Gare de l’Est. 5 juin 1883. 19H30. Le sifflet retentit. Les passagers sont installés. Les élégantes se penchent à la fenêtre. C’est le premier départ de l’Orient Express. 

Voilà un nom qui fait rêver. Qui résonne luxe, volupté et découverte. Voyage vers le lointain, couchers de soleils somptueux, détour par la Corne d’Or et arrivée au son du muezzin. L’orient express. C’est un belge qui a eu l’idée d’un train couchette de luxe. Georges Nagelmackers a découvert cette invention aux états unis ou il séjournait en 1867. Soutenu par le roi des Belges Léopold II, il a l’idée de transposer le concept en Europe et de fonder la compagnie des wagons-lits. Concept ardu puisque les voies de chemins de fer ne sont pas les mêmes selon les pays et que les frontières sont bien plus compliquées à passer que de nos jours. Plusieurs fois au bord de la faillite, sauvé par un anglais, il parvient au terme d’années d’effort à lancer le « train éclair » en 1882 pour rallier Paris à Vienne dans des conditions de confort inédites. Succès immédiat. À tel point qu’il a l’idée d’aller plus loin dans tous les sens du terme et de pousser la ligne d’arrivée à Constantinople. C’est donc le cas en 1883. 

Paris, Strasbourg, Munich, Vienne, Budapest, en Roumanie on descend du train pour franchir le Danube pour arriver en Bulgarie pour prendre un train relais, et au bord de la mer noire un navire de luxe termine le trajet jusqu’à Constantinople. La Liaison ferroviaire totale n’est possible qu’en 1889. A cette date, on peut donc voyager d’une traite depuis Paris jusqu’en Turquie. À l’intérieur, confort et luxe, admirablement dépeints par Agatha Christie qui a embarqué et en a fait le cadre de l’un de ses meilleurs polars. Elle aurait presque pu s’inspirer de la réalité puisque l’Orient Express a connu des mésaventures. 

Une attaque de bandits de grand chemin par exemple en 1891, avec pillage et prise d’otage, ou une quarantaine à cause d’une épidémie de choléra à bord. L’un de ses wagons a servi pour signer l’armistice de 1914 dans la forêt de Rethondes. 

L’Orient express a fini sa course en 2009, mais un concept approchant continue de faire ce trajet. Tant qu’il y aura le confort, le luxe et l’envie de découvrir, il y aura, d’une manière ou d’une autre, l’Orient express.