Ils ont fait l’Histoire !

Le samedi à 13h45

Minute de silence observée le 16 novembre 2015 à 12h en hommage aux victimes des attentats parisiens, à la gare de Lyon, Paris.
Minute de silence observée le 16 novembre 2015 à 12h en hommage aux victimes des attentats parisiens, à la gare de Lyon, Paris. © Getty - Pierre MARCELLESI

1922, naissance de la minute de silence en France

Diffusion du samedi 9 novembre 2019 Durée : 3min

La minute de silence. Elle est entrée dans les mœurs. Elle permet de marquer un temps de respect et de silence en mémoire des disparus ou pour rappeler un moment tragique. En Grande Bretagne, elle dure 2 minutes. Ailleurs elle n’existe pas, on préfère applaudir.

Le 11 novembre à 11H, ainsi le veut la tradition républicaine, on respecte une minute de silence devant les monuments aux morts de France. C’est comme ça depuis le 11 novembre 1922. Et c’est d’ailleurs l’exacte date de naissance de la minute de silence. Auparavant, en France, elle n’existait pas. 

Ce sont les Portugais qui ont « inventé » si je puis dire, la minute de silence. Enfin les 10 minutes de silence. Le 14 février 1912, les sénateurs de la toute jeune République portugaise, qui n’a que 2 ans, décide de se lever et de se taire en mémoire du ministre José Maria Da Silva Paranhos Júnior, l’un des tous premiers hommes de l’Etat portugais à avoir reconnu la naissance de la République. L’homme était mort quelques jours plus tôt, au Brésil, pendant le carnaval de Rio. 10 minutes c’était beau mais c’était beaucoup, petit à petit les Portugais ont réduit la durée. 

Le 11 novembre 1919, la Grande Bretagne décide à son tour d’un temps de silence. Ce seront les 2 minutes de silence. Tradition qui est d’ailleurs toujours d’actualité. L’idée est venue d’Australie. Alors que le 11 novembre 1918 avait été très joyeux, festif, un journaliste australien nommé Edward George Honey a demandé que, un an après, on ne fête pas la fin de la guerre, mais qu’on se souvienne des millions de morts et de leurs familles. Il propose 5 minutes de silence. Entre temps, le gouvernement britannique a décidé qu’on commémorerait non pas le 11 mais le 7 novembre, jour du souvenir. C’est d’Afrique du Sud que viendra l’idée des deux minutes de silence. James Percy FitzPatrick propose 2 minutes, 2 minutes découpées symboliquement de la sorte : 1 minute dédiée aux morts. 1 minute dédiée aux survivants. C’est validé et accepté par le Roi Georges V et les premières 2 minutes de silence ont lieu le 7 novembre comme prévu, en présence des anciens alliés, et notamment de Raymond Poincaré, qui trouve l’idée très bonne et décide de la proposer en France. 

Si le 11 novembre 1919, on fait sonner toutes les cloches et tirer le canon en mémoire des morts pour la France, La minute de silence est préférée finalement, et elle fait officiellement son entrée dans l’Histoire de France le 11 novembre 1922. Depuis, elle est respectée chaque 11 novembre. Et chaque jour depuis 1923, au moment de raviver la flamme du Soldat Inconnu sous l’Arc de Triomphe, une minute de silence a aussi lieu le 8 mai, et à chaque fois que la France, triste, blessée, meurtrie, veut se recueillir dans le silence, au-delà des différences.