Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Le duel entre Gaston Defferre et le député Ribière en 1967.
Le duel entre Gaston Defferre et le député Ribière en 1967. © Getty - Keystone-France

1967 : le dernier duel de l’Histoire de France

Diffusion du vendredi 10 mai 2019 Durée : 3min

Le duel. « si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère viendra à toi ». Vieille invention des mecs pour se rendre intéressants il faut bien le dire. Même si on se souvient du duel d’Achille et Hector pendant la Guerre de Troie, c’est au Moyen Âge qu’apparaît le duel comme nous le connaissons.

C’est une manière de savoir qui a raison ou qui a tort. Les deux parties s’affrontent et Dieu donne la victoire à celui qui gagne. C’est à la Renaissance qu’arrive ce qu’on appelle « le point d’honneur » autrement dit le duel basé sur la susceptibilité. Vous vexez le gaillard, vous refusez de vous excuser, il vous provoque en duel et vous vous affrontez « sur le pré ». Il y a eu des duellistes célèbres, par exemple l’astronome Tycho Brahé, en 1566, qui perd son nez et le remplace par un nez d’or.

En 1787, le chevalier d’Éon, habillé en femme, affronte le chevalier de Saint-Georges devant le « tout Londres » et gagne. Alexandre Dumas affronte Frédéric Gaillardet un de ses collaborateurs au sujet de la paternité d’un roman. Victor Hugo, lui-même, combat un garde du corps à Versailles en 1821. En 1832, Évariste Galois, mathématicien de génie, provoque un duel pour l’honneur d’une femme « dont il se crut aimé » nous dit-on et meurt à seulement 20 ans. À l’épée au départ, au pistolet ensuite, codifié dans des livres de spécialistes, le duel est pourtant interdit très tôt, notamment par Louis XIII qui n’hésite pas à faire couper la tête à François de Montmorency parce qu’il a participé à un duel. 

Le dernier a lieu en 1967

Il met aux prises deux hommes politiques. Gaston Deferre, à l’époque député-maire de Marseille, et René Ribière, député gaulliste du Val d’Oise, suite à une insulte à l’Assemblée. Un journaliste rapporte « Ayant déjoué la police et presque toute la presse, adversaires, juges et témoins se sont retrouvés sous les ombrages d’une résidence privée de Neuilly. Liant le fer, marchant, poussant sa botte enfin, Monsieur Deferre touchait son adversaire à l’avant-bras, versant le premier sang » Gaston Deferre blesse son adversaire et gagne son duel. Ribière se marie le lendemain. Depuis, nos politiques se contentent de duels verbaux. Ils ont raison. C’est quand même moins risqué.