Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Incendie au Bazar de la Charité, Paris, 4 mai 1897. L'incendie est provoqué par un équipement de cinéma. Plus de 100 victimes, des femmes pour la plupart, ont été tuées dans la catastrophe.
Incendie au Bazar de la Charité, Paris, 4 mai 1897. L'incendie est provoqué par un équipement de cinéma. Plus de 100 victimes, des femmes pour la plupart, ont été tuées dans la catastrophe. © Getty - Art Media

L’incendie du Grand Bazar de la Charité en 1897

12 ans que le Bazar de la Charité cartonne. Une grande vente au profit des plus démunis est organisée. On croise le tout-Paris dans ce grand hangar qu’on a entièrement décoré. Partout, pour masquer les murs, des tissus de gaze. Malheureusement dans quelques minutes un terrible drame va se jouer.

Les tables sont en bois on les a donc recouvertes de toile. Il y a un monde fou. On est serré. D’autant que voilà arriver la Duchesse d’Alençon. La sœur de Sissi impératrice d’Autriche Hongrie. Une célébrité qui apporte son soutien à cette belle œuvre. 

L’une des attractions du Bazar de la Charité c’est le tout nouveau cinématographe. Il vient de tomber en panne derrière la toile de goudron qui l’isole de la foule et surtout de la lumière. Pour le coup Monsieur Bellac, le projectionniste n’y voit rien. Il demande à son assistant Grégoire Bragachow d’allumer une allumette pour mieux voir. Très mauvaise idée. Les vapeurs d’éther s’enflamment aussitôt. Le feu se propage au rideau. Un témoin raconte la suite : « Comme une véritable traînée de poudre dans un rugissement affolant, le feu embrasait le décor, courait le long des boiseries, dévorant sur son passage ce fouillis gracieux et fragile de tentures, de rubans et de dentelles » Il ne faudra que 15 petites minutes pour transformer le Bazar de la Charité en un immense brasier.

À l’intérieur on hurle, on se bouscule et surtout on meurt parce qu’il n’y a que deux sorties. La porte, inaccessible à cause de la foule qui sort et une sorte de lucarne qui ne sauvera qu’une poignée de visiteurs. 121 victimes directes et 2 indirectes. Il y a 110 femmes, dont la Duchesse d’Alençon qui a voulu partir la dernière. Acte héroïque qu’elle a payé de sa vie. Il y a aussi 6 hommes et 5 corps non reconnaissables parmi les morts. Deux hommes morts d’une crise cardiaque en apprenant la mort de leur sœur.  Seulement 6 hommes et c’est ce qui va déchaîner les journaux qui sauront rappeler le chacun pour soi et les coups de cannes, des élégants pour se frayer un passage vers la sortie. 

Traumatisant pour le Paris de 1897, l’incendie du Bazar de la Charité est à l’origine des premières normes incendie Il faudra, hélas, bien d’autres tragédies pour contraindre à imaginer toujours l’inimaginable avant qu’il ne se produise.