Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Ambroise Paré en salle d'opération
Ambroise Paré en salle d'opération © Getty

À Laval est né Ambroise Paré, célèbre chirurgien français

Diffusion du lundi 27 novembre 2017 Durée : 5min

Arrêt au bord de la Mayenne. Laval est la préfecture de ce département situé stratégiquement entre Rennes, Paris, Le Mans, Angers et la Normandie. C’est là, à Laval, qu’est né Ambroise Paré, le plus célèbre chirurgien français.

Le goût, ah le goût en Mayenne, on aime manger ici ! D’abord c’est le pays du lait, d’un véritable fleuve de lait, le pays de la bonne viande venue directement d’Evron, la capitale de l’entrecôte, ou de Château-Gontier dont le Marché aux veaux a été le théâtre de gueuletons homériques.

La Mayenne c’est aussi l’autre pays du cidre tant il y a de pommiers, des poires aussi, et même des rillettes. L’ouïe ? C’est peut-être le plus futuriste des cinq sens, ici on entend cliqueter les touches d’ordinateurs depuis fort longtemps et Laval s’est spécialisée dans l’avenir de la technologie : la réalité virtuelle. C’est ici qu’on découvre toutes ces technologies qu’on peut utiliser pour reconstituer le passé ou même pour imaginer le futur, on peut même s’en servir pour soigner. Soigner c’était l’obsession d’un lavallois célèbre, il s’appelait Ambroise Paré.

Laval et Ambroise Paré

Certains historiens nous ont rapporté une conversation qui, si elle est vraie, reflète bien Ambroise Paré. Alors qu’il est au firmament, premier médecin du roi, à la Cour du Louvre, Charles IX qui vient de le nommer lui dit « J’espère bien que tu vas mieux soigner les rois que les pauvres »….« Impossible sire, parce ce que je soigne les pauvres comme les rois » répond Paré, c’est tout lui. Une carrière étonnante, mais peu d’appétit pour l’argent, il faut dire qu’un barbier chirurgien est bien moins payé qu’un médecin alors même qu’il est fort utile. À l’époque Médecin et chirurgien c’est complètement différent. Le médecin ne touche quasi pas le malade, il parle, souvent à tort, ça n’est pas pour rien que 100 ans plus tard, Molière se moquera de ces médecins qui tuent plutôt qu’ils ne soignent. Les barbiers, eux, ne font pas que coiffer, ils soignent aussi les plaies, c’est cela le métier d’Ambroise Paré, et il sera bien vite la célébrité de sa profession.

Grâce à lui on soigne désormais les amputations en ligaturant les artères et non plus en cautérisant au fer rouge ce qui faisait souvent lâcher le cœur. Il soigne aussi par les asticots, une technique certes répugnante, mais qui fonctionne et qu’on a même redécouverte il n’y a pas si longtemps. C’est en 1590, à près de 80 ans, que s’éteint ce mayennais qui sert encore de modèle à ceux qui veulent soigner, lui qui a toujours su rester modeste et qui aimait dire « Je l 'ai pansé, mais Dieu l’a guérit ».