Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Auguste Thin, ancien poilu du 132ème régiment  a "choisi" le Soldat Inconnu.
Auguste Thin, ancien poilu du 132ème régiment a "choisi" le Soldat Inconnu. © Getty

Auguste Thin, l'homme qui a "choisi" le Soldat inconnu

Diffusion du mercredi 8 novembre 2017 Durée : 5min

L’Arc de triomphe est l’un des plus grands emblèmes de Paris et de la France. Chaque année, le Président de la République ranime la flamme du Soldat Inconnu, notamment le 11 novembre. Peu de temps après la guerre, un homme, jusque-là anonyme, a « choisi » le Soldat Inconnu.

L’Arc de triomphe… avouez que ça fait toujours quelque chose, même quand on est parisien. On le distingue au loin quand on s’engage sur les Champs-Elysées depuis la Concorde. Il est là au loin et il domine. L’arc de triomphe c’est une fierté de français et le but naturel de toute ballade dans cet espace que le monde nous envie : la plus belle avenue du monde. Difficile d’imaginer que tout au long du XVIIIe siècle on avait là une sorte de ville jardin, une avenue sous les arbres. C’est Napoléon 1er qui va couronner cette belle promenade touffue, il veut tenir parole, lui qui a dit à ses soldats « vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de triomphe ».

En matière de triomphe, les soldats reviendront bien abîmés des campagnes menées par l’empereur aux quatre coins de l’Europe, mais en 1806 nous n’en sommes pas là, pour tout dire Napoléon a le vent en poupe et tout lui réussit. Le 15 août, l’empereur tient parole, il débarque de son carrosse, on lui tend une truelle d’or, il pose la première pierre d’un gigantesque arc de triomphe, il faudra plus de 30 ans pour achever la construction, haut de presque 50 mètres, large de 45, profond de 22, l’arc de triomphe pèse 100 000 tonnes. Il rend hommage aux soldats Français et à leurs victoires, on les voit représentés en haut-relief sculpté par François Rude : Le Départ des volontaires de 1792 (dit La Marseillaise), la patrie armée et casquée, qui pointe l’ennemi et voit des soldats la suivre au combat.

A propos de sculpture, on ne le sait pas toujours, mais l’Arc de triomphe devait à l’origine être coiffé d’une sculpture. On a tout imaginé d’ailleurs : Napoléon sur une sphère, un aigle colossal, et même un éléphant, heureusement on a laissé tomber. En presque deux siècles, l’Arc de triomphe a vu passer les cendres de Napoléon en 1840, il a veillé le corps de Victor Hugo une nuit entière le 22 mai 1886, il a même vu passer l’avion de « l’as des as » Charles Godefroy en 1919. Le 11 novembre 1981, pour le 98ème anniversaire de l'armistice de 1918, la place de l’Etoile est noire de monde. Sous la voute de l’Arc de Triomphe, l’Auguste Thin regarde la dalle sacrée sous laquelle repose le soldat inconnu. 60 ans plus tôt, en choisissant un cercueil parmi les 8 qui étaient devant lui, il a été l’acteur principal et involontaire de l’hommage tout un pays pour ceux que la guerre a écrasés.