Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Alain Prost au volant de sa F1, circuit de Magny-Cours, Nevers.
Alain Prost au volant de sa F1, circuit de Magny-Cours, Nevers. © Getty

Avec Alain Prost à Nevers Magny-Cours

Diffusion du mercredi 25 avril 2018 Durée : 5min

Nevers Magny-Cours un jour de 1993 qui a vu la victoire d’Alain Prost au Grand Prix de France. L’occasion de revenir sur la carrière si célèbre de ce pilote si doué qu’on l’a surnommé.

Nevers. Préfecture de la Nièvre. Capitale du Nivernais, autrement dit du Pays de Nevers. Ici se croisent Loire et Nièvre, créant un de ces confluents qu’affectionnaient particulièrement les Gaulois. Au Moyen-Âge la ville est une place commerciale de premier ordre, on y vient de loin pour faire des affaires à l’orée du duché de Bourgogne. C’est aussi une place forte militaire, fortifiée, il en reste d’ailleurs quelques beaux éléments notamment la tour Goguin et la porte du Croux.  

Alain Prost

À un jet de pierre de Nevers se trouve le circuit de Magny Cours. D’ailleurs ne vous faites pas avoir comme moi, ça s’écrit en deux mots : Magny et plus loin cours. C’est le maire de la commune, Jean Bernigaud, et surtout propriétaire du terrain, qui a eu l’idée d’y faire un circuit. D’abord de karting, il est devenu un circuit de formule 1 quand il a été racheté par le Conseil Général de la Nièvre présidé par un certain François Mitterrand. De grandes courses ont eu lieu ici, notamment le fameux Grand Prix de France. En 1991, Nigel Mansell remporte la première édition du Grand Prix de France à Magny cours au terme d’une course homérique. En 1996, Renault remporte les 4 premières places avec ses 4 voitures quelques jours seulement après l’annonce par la firme automobile de son retrait de la formule 1. Rageant. 

En 2002, Mickael Schumacher y devient pour la 5e fois Champion du monde. Ce jour de 1993, c’est le jour d’Alain Prost. Il vient de remporter son 6e et dernier Grand prix de France. Seul Français à l’avoir gagné sur la piste de Magny court, il est fier et on le comprend. Génie du sport automobile, surnommé le Professeur par les journalistes, Alain Prost de son regard doux domine la foule de journalistes venus le photographier. Très sportif, il voulait faire du foot étant gamin, jusqu’à cette fameuse course de karting à Antibes où la famille passe les vacances. Les sensations, la victoire malgré un bras dans le plâtre, c’est ce jour-là que se décide sa vocation de pilote de course. Il ira au bout des choses le jeune Alain. 

Devenu champion d’Europe junior de Karting, il devient champion de France, il passe à la Formule 3 puis à la Formule 1 dont il devient la figure emblématique dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix face à son éternel concurrent le pilote Ayrton Senna. Ce jour de 1993, qui le verra consacré champion des champions français par le journal l’Équipe, le voilà qui quitte le podium. Quelques mois plus tard il prendra sa retraite au terme d’une carrière qui l’a vu disputer 199 Grands Prix de Formule 1 dont 51 victoires et 4 titres de champion du monde. À ce jour, ce gamin de Lorette dans la Loire, est encore un exemple difficile à dépasser pour de nombreux pilotes.