Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Benjamin Franklin fait voler un cerf-volant durant un orage. La foudre frappera-t-elle l'objet volant ?
Benjamin Franklin fait voler un cerf-volant durant un orage. La foudre frappera-t-elle l'objet volant ? © Getty

Benjamin Franklin, inventeur du paratonnerre, débarque en Bretagne

Diffusion du mardi 30 janvier 2018 Durée : 5min

Le golfe du Morbihan. C’est là qu’est arrivé Benjamin Franklin, ami du genre humain, inventeur du paratonnerre et représentant des tout jeunes Etats-Unis d’Amérique. Il venait négocier l’aide de la France face à une Angleterre pas franchement contente de perdre ses colonies américaines.

En 1776 Benjamin Franklin fait sensation au moment où il débarque. Il porte sur la tête une espèce de toque en fourrure de raton laveur qui remplace la perruque qu’il portait sur le voilier et qui s’est envolée. Un drôle de look pour cet homme qui souhaite se rendre à Versailles pour y défendre, auprès de Louis XVI roi de France, la cause du plus jeune pays de son temps : les Etats-Unis d’Amérique.

Décembre 1776, Benjamin Franklin est à Versailles

 Tout le monde connait et salue l’homme qui a inventé le paratonnerre, autrement dit un moyen d’éviter les destructions entraînées par les coups de foudres. Bruit de bisous. Non pas ceux-là, car je ne suis pas sûr qu’on puisse en éviter un jour les dégâts. Avant Franklin le scientifique, nombre d’églises ou maisons ont été détruites par la foudre. Le Mont Saint-Michel lui-même en a été victime. On doit aussi à Franklin, le calcul de la taille d’une molécule, un poêle et même un étonnant harmonica de verre. Il y a aussi le Franklin auteur et journaliste, auteur notamment de « La voie de l’opulence » édité à plusieurs milliers d’exemplaires, un recueil de conseils pour faire comme lui ; partir de rien et devenir très riche. Le rêve américain il y a déjà plus de 250 ans. Il y raconte qu’il vaut mieux ne pas faire trop riche quand on réussit et qu’il lui arrivait de pousser une brouette dans la rue lui-même pour transporter les livres nés de ses imprimeries, alors même qu’il aurait pu le faire faire par ses ouvriers. Et enfin il y a l’homme d’Etat, l’un des pères de l’Amérique. Il est de ceux qui ont écrit et signé la fameuse déclaration d’indépendance américaine.

 C’est pour négocier un coup de main que Franklin, âgé de 70 ans, a fait la traversée de l’atlantique, et pour convaincre une France qui hésite.  Le job confié à Franklin par les tout neufs américains, est de convaincre les Français d’envoyer des armes et même des troupes. Ah voilà le profil opulent du ministre Vergennes qui se profile au bout de l’allée du parc. Les négociations vont pouvoir commencer. Elles seront fructueuses. Désireuse d’affaiblir l’Angleterre en la coupant de son empire américain, la France apportera son aide et elle sera la première nation du monde à reconnaître les tout nouveaux Etats-Unis d’Amérique. Un coup de main qui sauvera l’indépendance américaine, négociée grâce au talent de cet homme extrêmement intelligent, éclectique et surtout ami du genre humain et de la liberté qu’était Benjamin Franklin.