Replay du vendredi 2 mars 2018

Bernadette Lafont, l’enfant du Gard

Découverte depuis Nîmes jusqu’au pont du Gard en passant par Causses et Cévennes, et souvenir d’une enfant du pays : Bernadette Lafont. Toujours fidèle au Gard, elle qui est née à Nîmes.

Bernadette Lafont recevant un César d'Honneur lors de la cérémonie de 2003.
Bernadette Lafont recevant un César d'Honneur lors de la cérémonie de 2003. © Getty

Quand on regarde tout ce qu’on découvrir dans le Gard on se dit que, quand même, les gardois auraient pu en laisser un peu aux autres. Nan franchement ? Le Gard c’est bien sûr Nîmes, la préfecture. Vous connaissez forcément les arènes, mais aussi la fameuse maison carrée, temple romain. Et depuis 2000 ans s’il vous plaît ! Dans le genre gallo-romain il y a évidemment le célèbre pont du Gard, qui se trouve donc fort heureusement dans le Gard. Peut-être le plus bel exemple d’aqueduc romain dans le monde, avec ses 48 mètres de hauteur et ces 275 de longueur. Photo magnifique à chaque fois qu’on y va. Il est d’ailleurs classé Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO avec d’autres sites gardois comme les Causses et les Cévennes.  Dans le Gard on peut également parcourir les belles rues d’Alès, d’Uzès, de Beaucaire l’antique ville des foires, de la passionnante ville médiévale d’Aigues-Mortes voulue par Saint-Louis. Enfin on peut aussi se baigner dans le Gard, notamment du côté du Grau-du-Roi, c’est là que les chevaliers nautiques, tout de blanc vêtus, s’affrontent lors de joutes nautiques . C’est là aussi qu’aimait se poser Bernadette Lafont, l’enfant du pays.  C’est une enfant du Gard. Issue d’une dynastie de ces protestants des Cévennes, lesquels ont donné tant de fil à retordre aux dragons de Louis XIV au nom de la liberté de conscience. 

Si j'étais vendeuse aux Galeries Lafayette ou infirmière, j'irais faire mon boulot

Bernadette Lafont est née à Nîmes en 1938. Très tôt, celle que sa mère surnomme Bernard parce qu’elle aurait voulu un garçon, devient une passionnée de cinéma. Tout en rêvant devant la carrière de Brigitte Bardot, Bernadette travaille son propre talent en prenant des cours d’opéra. C’est à Nîmes qu’elle rencontre à la fois l’amour et le cinéma. L’amour avec Gérard Blain, acteur dans le vent. Mariée, elle fait connaissance avec François Truffaut qui l’engage. Bossant ensuite pour Claude Chabrol, elle devient l’une des figures de ce qu’on appelle « la nouvelle vague ». Elle se lance aussi dans le théâtre. Devenue populaire, jamais dédaigneuse, notamment pour des rôles de comédie. Bernadette sait aussi s’engager, elle qui figure parmi les 343 signataires d’un manifeste en faveur de l’avortement. Elle aura vécu aussi l’indicible souffrance de perdre son enfant. Pauline, 25 ans, étoile montante du cinéma auquel elle apportait tant de fraîcheur notamment dans l’été en pente douce.
Partie en balade dans les montagnes, Pauline n’est pas revenue. C’est sa mère qui a donné l’alerte. Bien vite l’affaire à fait la Une des journaux. Les recherches n’ont rien donné un long moment alors que jusqu’à 300 gendarmes étaient mobilisés pour la retrouver. Ce sera finalement un agriculteur qui découvrira le corps de la jeune femme 3 mois après sa disparition. Elle a vraisemblablement chuté.
Rien ne sera épargné à Bernadette, à laquelle on reprochera même d’avoir repris les représentations théâtrales alors que sa fille avait disparu. Elle aura cette réponse « Cela aurait servi à quoi ? Si j'étais vendeuse aux Galeries Lafayette ou infirmière, j'irais faire mon boulot ».
Courageuse, elle dira à son éditeur, lequel veut stopper le lancement de son livre, Les enfants de la balle « C'est l'histoire d'une famille de saltimbanques et, comme au cirque, si un trapéziste tombe, le spectacle continue." Le spectacle a continué. Elle a continué à jouer, que ce soit sur scène ou devant les caméras. Le 25 août 2013 le soleil ardent de l’été gardois l’a vue partir pour rejoindre Pauline au paradis des saltimbanques.

Mots clés: