Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Un sit-in à l'université de Nanterre avec Daniel Cohn-Bendit (milieu) le 29 mars 1968.
Un sit-in à l'université de Nanterre avec Daniel Cohn-Bendit (milieu) le 29 mars 1968. © Getty

Des premiers étudiants Français aux étudiantes en lutte

Diffusion du lundi 7 mai 2018 Durée : 5min

Arrêt sur les étudiants, qui lancent le mouvement à Nanterre le 22 mars. Nous verrons que les étudiants ont toujours été une population « mouvementée ».Une population engagée comme à Grenoble ou Rennes au XVIIIe siècle, lors des prémices d’une Révolution Française qui ne leur donnera pas la parole.

La Sorbonne. Dont le fondateur, Robert de Sorbon, a voulu faire un endroit pour, je cite, « vivre en bonne société, collégialement, moralement et studieusement ». Elle désigne plus largement l’université de Paris avant la Révolution Française. Très ancienne, puisque fondée au XIIIe siècle, elle s’est vite imposée comme une référence intellectuelle dans l’Occident, à tel point qu’on l’a consultée lors du grand schisme d’occident pour savoir qui des deux papes est le vrai. Avec cette université, ce sont des étudiants de toute l’Europe qui viennent étudier à Paris pendant tout le Moyen Âge. 

Des bâtiments austères, on est assis sur des bancs, on a très peu de livres. Du haut de leur chaire, les professeurs commentent les grands classiques de la littérature grecque, romaine et surtout chrétienne. L’Eglise est bien sûr omniprésente, comme le rappelle de nos jours encore l’ancienne église Sainte Ursule, qui n’est plus consacrée mais qui symbolise de nos jours la Sorbonne. Hors des cours les étudiants s’écharpent facilement dans la rue selon leur région d’origine, les Normands contre les bourguignons, les Provençaux contre les Anglais. Mais qu’on s’attaque à l’université et ils font front commun et se mettent en grève comme en 1229 ou en 1443 pour maintenir les exemptions fiscales de l’université. 

Rebelote en 1444, 1445, en 1446 les étudiants refusent que l’université soit placée sous l’autorité du Parlement de Paris. Au XVIIIe siècle, les étudiants de Rennes participent aux prémices de la révolution en se rassemblant devant le parlement de Bretagne pour refuser les ordres de Louis XVI. S’ensuit une manifestation mouvementée dont les étudiants sont les fer de lance. A Grenoble ils participent grandement à la journée des tuiles. 

En 1877 naît la première association étudiante à Nancy, association qui sera autorisée par la loi en 1883. Le 11 novembre 1940 les étudiants commémorent l’armistice de la Première Guerre Mondiale malgré l’interdiction allemande. Et en 1968, ce sont des étudiants de la fac de Nanterre qui lancent le 22 mars ces fameux "événements" comme on dit à l’époque, "événements" qui vont atteindre leur point d’orgue en mai 1968 et changer littéralement la société Française.