Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Colette et ses chats.
Colette et ses chats. © Getty

En Bourgogne est né le talent de Colette

Diffusion du lundi 4 juin 2018 Durée : 4min

Direction la douce Bourgogne et arrêt dans l’Yonne pour redécouvrir Auxerre, les bords de la rivière avant de filer vers Saint Sauveur en Puisaye, la petite cité de caractère qui a vu naître le talent de Colette.

Saint-Sauveur en Puisaye c’est le lieu de naissance de Colette.  La femme libre, passionnée, amoureuse des mots qu’elle mettait au service de l’information en tant que journaliste, et au service du rêve en tant qu’écrivaine. A Saint-Sauveur, la Maison qui a vu naître Colette existe toujours. Un musée rend hommage à son talent. Ses livres continuent d’émouvoir dans le monde entier.

Colette

Journaliste, écrivain, elle nous a laissé une cinquantaine d’ouvrages et une correspondance fameuse. Sidonie Gabrielle Colette est née en Bourgogne, à Saint-Sauveur en Puisaye, le 28 janvier 1873. Colette c’est donc son nom de famille, le nom de Jules Colette, ancien zouave ayant perdu une jambe à la guerre, qui a épousé Sidonie Landoy, dite Sido. Anticléricale convaincue, elle enseigne aussi à Colette l’art d’observer la Nature. Son père lui, l’initie aux grands classiques de la littérature et à la lecture des journaux.

Mariée à 20 ans avec Willy, un auteur à succès, Colette épate les salons parisiens avec son accent bourguignon et son sens de la répartie. Il ne lui faudra pas longtemps avant d’épater avec son style. Elle écrit d’abord pour son mari, puis pour elle-même. Pour gagner sa vie, en parallèle de l’écriture, Colette fait du music-hall. Les parisiens découvrent alors la mime Colette du côté du moulin rouge, du Bataclan ou lors de tournées de province. Elle devient aussi journaliste pour le quotidien « Le matin » avant d’en devenir directrice littéraire. Elle est aussi très mélomane, elle encourage Maurice Ravel. 

Elle écrit. Beaucoup. Elle aime aussi. Beaucoup. Divorcée de son premier mari, elle en épousera deux autres et sera célèbre pour sa bisexualité affirmée. Amoureuse de la Côte d’Azur, elle séjourne souvent à Sainte Maxime quand elle n’est pas à Paris. Reconnue pour son talent, elle devient la 2nde femme élue à l’Académie Goncourt, au sortir de la Guerre, en 1945, avant de présider l’illustre académie en 1949. 

Elle aurait dû entrer à l’Académie Française, au vu de son œuvre immense, mais les hommes n’étaient pas prêts, il faudra attendre Marguerite Yourcenar, autre femme libre, plus de 30 ans plus tard. Colette a donc souvent réussi. Peut-être parce qu’elle aimait. Elle qui a dit un jour « On ne fait bien que ce qu’on aime. Ni la science, ni la conscience ne font un bon cuisinier ».