Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Le meilleur chocolat est celui que l'on aime.
Le meilleur chocolat est celui que l'on aime. © Getty - Altrendo images

Il y a 5 siècles, le chocolat faisait son entrée en Europe

Diffusion du jeudi 3 janvier 2019 Durée : 3min

Le chocolat ! Du méso-américain Xocoatl. Qui veut dire « eau amère ». Les Aztèques connaissent le cacaoyer depuis plus de 2500 ans quand les conquistadors arrivent au XVIe siècle.

Le chocolat est un luxe, les graines de cacao servent d’ailleurs de monnaie d’échanges sur les marchés. 8000 fèves pour un esclave, cent pour une dinde. Le chocolat est une boisson rituelle d’ailleurs, qui célèbre la déesse de la fertilité. Un médicament aussi. On l’utilise pour se donner la pêche, ou pour améliorer le transit.

Les Mayas le mélangent dans une sorte de soupe très consistante avec un peu de vanille, du roucou, et même du piment.
Chez les Aztèques on n’hésite pas à le consommer avec du gruau de maïs. Le chocolat traverse l’atlantique à bord des galions espagnols et c’est logiquement sur la péninsule ibérique qu’il prend pied en Europe. 

On le mélange d’abord avec du miel, on remplace ensuite l’eau par du lait. Et de cette boisson forte, amère, voire acide on fait quelque chose de chaud, de sucré quand le sucre devient moins cher avec l’arrivée de la canne à sucre. Les médecins l’apprécient peu au départ, avant de donner leur feu vert au final. De même pour l’Église qui se demande un temps si le chocolat n’est pas diabolique avant de laisser faire.

La Cour d’Espagne adore le chocolat, c’est donc logiquement que l’infante Marie-Thérèse l’apporte à la Cour de France quand elle épouse Louis XIV. Au XVIIIe siècle on le mélange à de la crème dans des chocolatières. On le fait mousser en agitant un bâton de bois. 

C’est le XIXe siècle qui apporte le chocolat solide et le chocolat en poudre. Il est fabriqué en grandes quantités dans des chocolateries et fait ainsi son entrée dans les foyers français. Il reste un produit de luxe à l’époque, ce qui explique qu’il soit si lié à un temps de cadeau comme celui des fêtes. Il risque de redevenir un produit de luxe puisque la production mondiale ne suffit plus à la demande depuis que les chinois, si nombreux, se mettent à l’apprécier. Il faut dire qu’il y a fort peu de gens qui n’aiment pas le chocolat. Ce qui a fait dire à John Tullius « 9 personnes sur 10 aiment le chocolat. La dixième ment ».