Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Vue du château de Versailles
Vue du château de Versailles © Getty - Fine Art Images

L’affaire des poisons ou comment on empoisonne à tout va à Versailles

Diffusion du jeudi 15 novembre 2018 Durée : 3min

A la fin des années 1670, a éclaté une affaire qui a fait trembler toute la France et Versailles en particulier. Cette affaire dite des poisons a mis en cause les plus riches dans une série d’empoisonnements.

Versailles. Cabinet des médailles. Louis XIV est seul. Près de sa cheminée. De temps en temps une lumière vive. C’est un papier qui brûle. Le roi a fait regrouper tous les interrogatoires de « la chambre ardente » et il détruit les feuilles au fur et à mesure de sa lecture. L’affaire des poisons, c’est comme ça qu’on nomme ce qui s’est passé avant ce moment de lecture du roi. Elle a commencé en 1672 quand, à la mort de Godin de Sainte Croix, on a retrouvé chez lui des lettres signées par la marquise de Brinvilliers et des fioles de poisons qui attestaient que ladite marquise avait tué à petit feu son père, ses frères pour hériter et régler ses dettes. En fuite, la marquise a été arrêtée par François Dégréez, le plus fin limier du roi. Elle a été décapitée et brûlée.

7 ans plus tard, Dégréez est sur une nouvelle piste. Encore plus folle. Tout un réseau, établi dans Paris et aussi dans la cour, qui empoisonne. Pour hériter plus vite. Pour liquider un amant. Quelques gouttes dans un verre. Une poudre sur le lit. Et hop ! L’enquête de Desgréez l’a mené à Madame Monvoisin, dite « La voisin » spécialisée" dans la fabrication de poisons. Elle a livré des noms avant d’être brûlée. Devant l’ampleur des accusations, la chambre ardente a été instituée. 442 auditions. 332 prises de corps 36 condamnations à mort. 34 bannissements. 4 condamnations aux galères. Un prête dévoyé et d’autres ont dit avoir sacrifié des enfants au cours de messe noire pour garder sa position à la marquise dans le cœur du roi et donc à la Cour. C’est au moment où on allait juger les accusateurs de la marquise de Montespan que le roi a tout arrêté pour lire les dossiers et décider par lui-même. Il vient de finir de tout lire et se lève. 

Demain les 32 accusateurs seront enfermés au secret dans le Roussillon, loin de Paris. L’une d’elles y restera 42 ans. Interdiction sera faite de parler de cette affaire. Et surtout. Sans scandale, mais sans jamais s’attendrir sur l’ancien amour de sa vie, Louis XIV se sépare définitivement de sa Maîtresse. Croisant la Marquise de Maintenon dans les escaliers, la Montespan, qui sait cela, aura cette phrase « vous montez et je descends visiblement ». Elle a raison. La Marquise de Maintenon fermera les yeux du roi à sa mort 25 ans plus tard.