Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Image d'illustration représentant trois éléphants en Afrique.
Image d'illustration représentant trois éléphants en Afrique. © Getty - Time Life Pictures/Mansell

L’éléphant des Champs Élysées, le plus gros éléphant du monde ?

Diffusion du jeudi 18 avril 2019 Durée : 3min

En 1758, à Paris un architecte présente un projet d’éléphant triomphal.

Au XVIIIe siècle, les Champs-Élysées sont une immense avenue quasi à la campagne. Les parisiens adorent. On se promène au milieu des arbres en remontant vers une sorte de butte. Ceci même si c’est sympa, il manque un truc, là-haut, pour couronner le tout. C’est pour y remédier qu’en 1758, un architecte présente son projet d’éléphant triomphal. 

Il s’appelle Charles Ribart de Chamoust

Son projet d’éléphant est immense. On entre par le ventre. À l’intérieur, on trouve plusieurs salons, et tout en haut, là où siège le cornac, le guide de l’éléphant, une pièce permet de jouir d’une vue magnifique sur les champs. De la trompe, jailli l’eau d’une gigantesque fontaine. Quand Ribart présente son projet à Versailles, gros bide. Ça ne plaît pas du tout et l’architecte remballe son projet. Le projet d’un éléphant dans Paris revient 50 ans plus tard. Napoléon aime l’idée, il verrait bien un gros éléphant en haut des champs Élysées. Finalement il change d’avis et opte pour l’arc de triomphe mais il n’a pas lâché l’idée d’un éléphant, il veut juste l’installer à un autre endroit : la Place de la Bastille. Elle est quasi vide depuis qu’on a rasé la forteresse. On imagine alors un éléphant fontaine à l’intérieur duquel on visiterait un musée dédié à Napoléon. Les travaux sont confiés à l’architecte Cellerier, puis à Jean-Jacques Alavoine qui propose un éléphant de 16 mètres de long et 24 mètres de haut. Et pour que les parisiens puissent bien imaginer ce que sera le monument, il fait couler en plâtre une maquette à taille réelle. Les travaux commencent. Ils sont stoppés par la chute de l’empereur. Les rois, de retour, ne sont pas emballés. Quand on érige la colonne de la Bastille, on imagine de construire l’éléphant à la barrière du trône avant d’abandonner définitivement l’idée et de faire détruite la maquette en plâtre qui aura quand même épaté les touristes pendant 30 ans. 

À l’heure où je vous parle, on n’image plus de statue fontaine d’éléphant dans Paris. Ceci dit à notre époque qui aime les homards géants de Jeff Koons au point d’en installer à Versailles, on ne peut pas être totalement sûr que l’éléphant ne reviendra pas.