Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Un premier mai en 2012 à Paris.
Un premier mai en 2012 à Paris. © Getty - Owen Franken

La fête du travail, c’est une sacrée histoire

Diffusion du mercredi 1 mai 2019 Durée : 3min

Le premier mai c’est la fête du travail. Et c’est d’ailleurs paradoxal mais pour fêter le travail on ne travaille pas. Elle est fériée depuis 1946.

Sa première apparition a lieu en 1793, dans le calendrier révolutionnaire, mais elle est célébrée le 1er Pluviôse, autrement dit le 20 janvier. C’est aux États-Unis que le 1er mai devient la journée des travailleurs. D’abord journée dédiée à, je cite, « Ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons ». Elle est aussi une journée pour revendiquer de meilleures conditions de travail, à travers des défilés ou des manifestations.

Aux USA, d’où est partie l’idée, on choisit le 1er mai parce que ce jour-là en 1884, des ouvriers ont manifesté pour obtenir la journée de 8 heures. En 1886, le même jour, lors d’une grève, un attentat a eu lieu et il y a eu des morts.
En 1889, l’internationale socialiste, réunie à Paris pour le centenaire de la Révolution, décide de faire du 1er mai la journée des travailleurs. L’Idée est donc reprise par de nombreux pays, dont la France. Et cette journée de revendication se passe parfois très mal. Par exemple à Fourmies, dans le Nord, ou la manifestation est violemment réprimée par les soldats en l'absence de forces spécialisées . Il y a 9 morts. De cette date, en France, le 1er devient le jour symbole de la lutte des ouvriers pour leurs droits. 

Et le muguet me direz-vous ? 

Il est plus vieux que le 1er mai. On l’offre au moment de sa floraison depuis la Renaissance et l’idée du roi Charles IX de l’offrir comme porte bonheur. D’ailleurs lors des premières fêtes du travail on offre plutôt L’églantine rouge en mémoire des morts de fourmis. Le muguet ne lui est associé qu’au début du XXe siècle, et surtout en 1941 quand Pétain fait du 1er mai « la fête du travail et de la concorde sociale », il en profite pour la vider de son sens de lutte ouvrière. Elle revient à son sens initial en 1946 et devient jour férié la même année. C’est l’une des rares qui est commune dans pas mal de pays du monde. Peut-être parce que le travail est universel. Et que la lutte pour protéger les travailleurs l’est aussi.