Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

 Le dernier des templiers ? (image d'illustration).
Le dernier des templiers ? (image d'illustration). © Getty - Vladimir Vladimirov

Vendredi 13 octobre 1307. Paris. Et dans toute la France. Une prouesse pour l’époque que l’arrestation et l’emprisonnement simultanés de tous les templiers du Royaume de France sur ordre de Guillaume de Nogaret, principal ministre de Philippe le Bel.

À Paris, Jacques de Molay, le chef de l’ordre est arrêté avec 139 autres templiers. La base de ces arrestations c’est un témoignage, celui de Esquieu ou Sequin de Floyran, qui affirme qu’un templier lui a confié que l’ordre reniait le Christ dans les commanderies, crachant dessus, qu’on vénérait Baphomet, autrement dit le diable, qu’on pratiquait l’usure et qu’on s’adonnait à des plaisirs contre nature. Les accusations ne reposent sur rien, mais c’est exactement ce qu’il faut à Philippe IV pour avoir la peau des templiers et mettre la main sur leurs richesses. 

On va torturer, emprisonner et on aura des aveux. Le but c’est d’éradiquer cet ordre du Temple qui a été fondé en 1129 pour veiller sur les lieux saints de Palestine et sur les pèlerins. Un ordre de moines armés qui va bien vite s’étendre aux quatre coins de la chrétienté. il est  même très riche. Philippe le Bel a beaucoup emprunté aux templiers. En liquidant l’ordre, il souhaite liquider sa dette, et même mettre la main sur l’or légendaire des templiers. 

Au terme de procès retentissants, l’ordre est dissous. Ses chefs sont condamnés. En 1314, Hugues de Pairaud, Geoffroy de Charnay et Jacques de Molay sont brûlés vifs sur l’île des juifs, le visage tourné vers Notre Dame. Guillaume de Nangis décrit leur fin « On les vit si résolus à subir le supplice du feu, avec une telle volonté, qu'ils soulevèrent l'admiration chez tous ceux qui assistèrent à leur mort « de son côté Geoffroy de Paris nous rapporte les dernières paroles de Jacques de Molay « Je vois ici mon jugement où mourir me convient librement ; Dieu sait qui a tort, qui a péché. Il va bientôt arriver malheur à ceux qui nous ont condamné à tort : Dieu vengera notre mort » Certains disent que Molay a ajouté « Vous serez maudits jusqu’à la 13ème génération ». 

Philippe le Bel et Guillaume de Nogaret meurent moins d’un an après. Et 13 générations plus tard, Louis XVI, descendant de Philippe le Bel, monte sur l’échafaud. Le trésor des templiers, lui, s’il existe, n’a toujours pas été découvert à ce jour.