Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Cérémonie de la journée de l’armistice à l’arc de triomphe, au sommet des Champs-Élysées, Paris.
Cérémonie de la journée de l’armistice à l’arc de triomphe, au sommet des Champs-Élysées, Paris. © Getty - Gilles Bassignac

La flamme du Soldat inconnu veille sur la mémoire

Diffusion du vendredi 9 novembre 2018 Durée : 4min

On ne le sait pas toujours, et ça étonne parfois les touristes étrangers, mais chaque soir, pendant quelques minutes, pas question de faire des photos au milieu de l’Arc de triomphe à Paris. Et pour cause, depuis 1923, on ravive la flamme du Soldat inconnu.

Chaque année, le 11 novembre, le président de la République descend les Champs-Élysées. Il se rend à l’Arc de triomphe. C’est lui qui ranime la flamme du Soldat inconnu. Que de symboles ici. Que d’honneur aussi. Il y a 98 ans qu’on a inhumé sous la dalle sacrée le Soldat inconnu. Les restes non identifiables d’un soldat dont on est sûr qu’il était français et qu’il est tombé au champ d’honneur. Mort pour la France

C’est Auguste Thin, un Poilu normand, qui a fait le choix du cercueil qui est inhumé ici. Un choix à faire parmi les 8 qui lui ont été présentés à la citadelle de Verdun après une recherche sur les 8 principaux champs de bataille de la Grande Guerre. Sur le 6e cercueil, Auguste Thin a déposé son bouquet entouré de bleu blanc rouge. Il s’est mis au garde à vous dans le silence. Depuis le 11 novembre 1920, ici repose le Soldat inconnu. Il a d’ailleurs été salué plusieurs fois par celui qui l’a choisi. Et depuis 1923 une flamme brûle éternellement sur ce qu’on appelle la Dalle Sacrée, une sorte de bouche de canon qui sort d’un bouclier de bronze constitué de glaives ciselés. La flamme du Soldat inconnu c’est l’idée du sculpteur ariégeois Grégoire Calvet, reprise et popularisée par le journaliste et écrivain Gabriel Boissy que cette flamme du Soldat inconnu. C’est un autre journaliste, Jacques Péricard, qui a proposé qu’on ranime cette flamme chaque soir à 18H30. Le premier à avoir allumé la flamme du Soldat Inconnu est le ministre André Maginot, au son de la Marche funèbre de Chopin. 

Depuis, ce grand et émouvant honneur est attribué à 750 associations d’anciens combattants ou associations dont le civisme est reconnu et qui délèguent à la date prévue les personnes qui raviveront la flamme grâce à un glaive. Alors retenti la sonnerie des morts. Les drapeaux s’inclinent. Une minute de silence est observée et c’est la Marseillaise qui clôt la cérémonie. C’est ainsi chaque soir depuis 1923. Même sous l’occupation on a ravivé la flamme du Soldat inconnu chaque soir. Rien n’a jamais arrêté cette cérémonie émouvante et c’est normal. C’est l’hommage de la France à ses morts. À ses enfants. À ses héros.