Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Les expériences de Lavoisier.
Les expériences de Lavoisier. © Getty - SCIENCE PHOTO LIBRARY

La république n’a pas besoin de savants !

Né à Paris en 1743, Lavoisier fait le collège des 4 nations, où il se passionne très jeune pour la chimie, l’astronomie, la botanique et la météorologie.

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». c’est ce qu’a écrit Antoine Laurent de Lavoisier. L’aboutissement d’une vie de recherche. Né à Paris en 1743, Lavoisier c’est une tête, qui fait le collège des 4 nations, où il se passionne très jeune pour la chimie, l’astronomie, la botanique et la météorologie. Il est touche à tout comme son époque, le fameux siècle des lumières. À propos de lumière on lui doit un essai sur l’éclairage public des salles de spectacles qui lui vaut une belle médaille d’or de la main de Louis XVI. On lui doit la découverte de l’oxydation et surtout de la conservation des masses dans le changement d’état de la matière. Bref un scientifique. Mais aussi un businessman. Il finance toutes ses expériences grâce à son poste de fermier général. Ne nous méprenons pas. Un fermier général, avant la Révolution, ne bosse pas dans les champs. C’est un homme qui avance une somme au roi de France qui devrait être celle de l’impôt. Il se rembourse ensuite en percevant le véritable impôt avec un net bénéfice. 

Une situation curieuse qui fait donc que l’impôt n’est pas perçu par l’État mais par des personnes privées qui gagnent énormément d’argent. C’est une des premières choses que la Révolution Française va faire sauter. Lavoisier est d’ailleurs plutôt partant au départ pour la révolution. On lui doit l’assignat, l’ancêtre de notre billet de banque. Ceci dit il fonctionne très mal et de nombreuses personnes sont ruinées. Quand éclate la Terreur, la crise de l’assignat et le passé de Fermier Général de Lavoisier comptent bien plus que ses recherches. 

Une histoire racontée par Jérôme Prod'homme

Arrêté en novembre 1793, il est condamné à mort. Au moment de la sentence, Lavoisier, qui n’a jamais cessé ses recherches, demande un délai pour terminer une expérience importante. Jean Baptiste Coffinhal, le président du tribunal révolutionnaire lui répond vertement « la République n’a pas besoin de savants ! ». Il est guillotiné place de la Concorde le 8 mai 1794 sans avoir fini ses recherches. Ce qui fera dire à Louis de la Grange, éminent mathématicien de l’époque « Lavoisier est mort. Il ne leur aura fallu qu’un moment pour faire tomber cette tête, et cent années, peut-être, ne suffiront pas à en reproduire une semblable ».