Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

L’horloge astronomique de la cathédrale de Besançon
L’horloge astronomique de la cathédrale de Besançon © Getty

Le premier bateau à vapeur navigue à Besançon

Diffusion du mercredi 16 mai 2018 Durée : 5min

Besançon est capitale du Temps. Mais elle pourrait aussi être capitale de la navigation parce que, non loin, à Baumes les Dames, le marquis Jouffroy d’Albans a lancé le "Palmipède", le tout premier bateau à vapeur de l’histoire.

L'horloge astronomique de la cathédrale Saint-Etienne est un exploit technique. Cette horloge nous rappelle que Besançon n’est pas seulement la capitale de la région Bourgogne Franche- Comté, pas seulement la ville verte, c’est aussi la capitale Française du Temps. On en fini pas de se réjouir de l’étonnant génie de l’homme quand on découvre les montres magnifiques de précision qui sont fabriquées ici. 

Un savoir-faire unique dans une ville unique et curieuse puisque c’est le siège d’une université. La curiosité c’est ce qui a animé un homme qui a testé à Baumes les dames, tout près de Besançon, une invention qui allait révolutionner les transports et permettre de relier plus facilement les continents sur lesquels l’Humanité a essaimé. Ceci devant marquis Jouffroy d’Albans a lancé ici, en France-Comté, le premier bateau à vapeur de l’histoire de l’humanité.

Claude François Dorothée de Jouffroy d’Albans est content. Il a 25 ans ce jour de 1776 et voit son invention avancer tout doucement. Après un parcours typique pour un marquis du Siècle des lumières, page à la Cour de Versailles, militaire dans un régiment, il s’est pris le bec avec le petit-fils de Louis XV, le Comte d’Artois, au sujet d’une duchesse qui leur avait tapé dans l’œil à tous les deux. Cette altercation lui a valu d’être emprisonné au fort royal sur les îles de Lérins au large de Cannes. 

Le Palmipède

C’est comme ça que ce garçon né si loin de la mer a commencé à se passionner pour la navigation. Voyant passer les terribles galères au large, il a imaginé comment remplacer ces hommes qui mourraient à la tâche, enchaînés à leur banc, pour mouvoir ces navires. Il a aussi pensé à ces bateaux à voile à la merci des courants, du vent, aux péniches qu’on est obligé de tirer le long d’un chemin de halage pour les déplacer. Comment remplacer tout ça par un engin ? 

Libéré 2 ans plus tard Jouffroy d’Albans a travaillé cette idée de bateau se déplaçant tout seul. Il s’est penché sur l’une des découvertes récentes, la vapeur. Une vapeur qui, compressée, dégage de l’Énergie. Ces recherches ont abouti à la création du Palmipède. Le tout premier bateau à vapeur. La voilà qui se déplace poussivement c’est vrai, mais tout seul, grâce à des rames en formes de palme actionnées par la force de la vapeur. Il avance sur le bassin de Gondé, là où le Cusancin se jette dans le Doubs, à Baumes les Dames. Le succès sera aussi au rendez-vous quelques années plus tard quand, devant 10 000 personnes, son deuxième bateau, le Pyroscaphe, remontera la Saône à Lyon.