Ils ont fait l’Histoire !

Le samedi à 13h45

Le vin
Le vin © Getty - Pakin Songmor

Le vin, une sacrée histoire

Diffusion du samedi 18 janvier 2020 Durée : 2min

Le 22 janvier c’est la Saint-Vincent. Certains disent qu’il est devenu patron des vignerons parce qu’il riait sous la torture et se moquait de ses bourreaux. Ils n’ont pas ménagé leur peine pourtant puisqu’il a été vif, jeté dans une fosse pleine de tessons avant de mourir.

Quelle histoire que celle du vin ! Et ancienne. On sait que la culture de la vigne est née dans le Caucase, en Arménie. Très très ancienne découverte de l’Homme puisque toutes les langues indo- européennes font dériver leur mot « vin » d’une racine commune : Véin, qui donna Vinum en Latin, Vin en Français. Les grecs parlaient déjà du vin au IIIe siècle avec passion. Pour Théophraste, dans son traité sur l’ivresse, le vin a été enseigné aux hommes par le dieu Dyonisos pour leur faire oublier la vieillesse et la mélancolie. Les égyptiens l’aimaient aussi. On a retrouvé des traces de vin rouge dans le tombeau de Toutânkhamon. Pour la France, on pense que ce sont les étrusques, un peuple de l’Italie du sud, et les grecs, qui ont enseigné aux gaulois du sud l’art de la vigne. Un art qui est devenu bien vite un vrai savoir-faire chez les Gallo-Romains et le vin a remplacé peu à peu la cervoise. Ceux qui ont fait de la France le pays du vin, ce sont les moines. Il faut dire qu’on retrouve le vin dans la Bible. Jésus transforme l’eau en vin lors des Noces de Cana. Lors de la Cène, Il prend une coupe et dit « ceci est mon sang ». En Catalogne, au XIIIe siècle, un moine nommé Arnaud de Villeneuve écrit tout un traité dans lequel il donne des recettes de vins médicaux. Au Moyen Âge on cultive du vin absolument partout, sous la Loire, en Lorraine, en Alsace comme on le fait encore aujourd’hui, mais aussi à Paris, aux portes de Rennes ou de Rouen. Transporté en amphore par les romains, les gaulois l’ont mis dans les fameux tonneaux qu’ils ont inventés. On le transporte par bateau et, d’après les anglais de la Renaissance, le tangage augmente la qualité du vin. Justement, avant le XVIIIe siècle, la qualité n’est pas toujours excellente. Sous l’antiquité et au Moyen Âge, on lui ajoute plein de choses comme des aromates parce qu’il n’est pas stable. En Champagne, ça agace un certain Dom Pérignon qui essaie de comprendre pourquoi ce bon vin blanc de Champagne devient pétillant sans qu’on sache trop pourquoi. Il finira par trouver et faire naître volontairement les bulles qu’il a tant combattues au début. Des ceps plantés par les grecs anciens le long du Rhône à nos jours, le chemin a été long, il a permis aux vignerons français de cultiver leur art afin de faire le meilleur vin du monde.