Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

La Reine Elizabeth dans un jardin avec son chien en mars 1953.
La Reine Elizabeth dans un jardin avec son chien en mars 1953. © Getty - Diapositive couleur UPI.

Les chiens, la grande passion des reines d’Angleterre

Diffusion du vendredi 11 janvier 2019 Durée : 3min

Quand elle veut faire plaisir à sa nouvelle belle-petite-fille, Meghan Markle, la Reine Elizabeth garde son chien. Elle adore « Guy » c’est le nom du toutou.

On a tous vu au moins une fois la reine avec ses fameux corgis, notamment quand elle reçoit James Bond lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Londres en 2012. Elle a même été à l’origine de la création d’une nouvelle race en mélangeant l’un de ses célèbres corgis avec l’un des teckels de sa sœur Margaret, donnant naissance à la race des dorgies. À croire que c’est un truc des reines d’Angleterre d’aimer les chiens. 

La précédente, Victoria, adorait les siens. On se souvient qu’après la rude journée de son sacre, la première chose qu’a fait la nouvelle reine de retour au Palais de Buckingham c’est de donner le bain à Dash, son King-Charles nain, poil noir et feu, oreilles pendantes, nez court. Dashy a aussi droit de se promener avec sa maîtresse, de la suivre partout, et même de prendre le thé avec elle. Passion que Victoria partagera avec le Prince Albert, son mari et amour de sa vie. On la dit même plus tendre avec ses chiens qu’avec ses 9 enfants. Le couple aura jusqu’à 30 chiens, avec des préférences.

Victoria est épatée par Noble, son colley favori. Elle écrit « Il pouvait même tenir un morceau de gâteau entre ses dents sans le dévorer, jusqu’à ce qu’on lui eût dit de le faire. C’est le chien le plus docile que j’ai jamais vu ». Elle en a vu pas mal puisqu’en 1861 l’impératrice reine ne possède rien moins que 88 chiens. Elle se passionne pour les droits des animaux, et, chose rare, critique ses sujets à ce sujet « Les Anglais sont plus portés à se montrer cruels envers les bêtes que ne le sont d’autres peuples civilisés ». Elle aime d’amour ses chiens, pour lesquels elle fait réaliser des tombes parfois splendides. Elle précise pour l’un d’entre eux qu’elle veut que la tombe soit en brique. Pour un autre en bronze. Pour un petit, elle précise qu’elle a tant de peine qu’elle ne se sent pas capable de choisir l’emplacement. C’est Turi, l’un de ses loulous de Poméranie, qui lui donnera l’apaisement dans ses derniers instants, sur l’île de Wight. C’est quasiment en caressant son chien que la Reine meurt à l’âge de 81 ans le 22 janvier 1901. Turi repose non loin de l’île.