Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Getty - Michel Gile.

Les impôts, une vieille passion française

Diffusion du vendredi 5 avril 2019 Durée : 4min

France. 1710. C’est en quelque sorte le journal de 20H. En chaire, à la fin de la messe, le curé du lieu annonce les nouveautés, notamment les nouvelles lois et forcément les nouveaux impôts.

L’impôt c’est vieux comme la civilisation. Et ce jour-là, dans toutes les églises de France on annonce l’arrivée du dixième. Il s’agit de prendre un dixième des revenus, en plus des autres impôts évidemment. Et on entend d’ici nos ancêtres dire « ah la la qu’est-ce qu’ils n’inventeraient pas pour nous taxer encore ». Il faut dire qu’en la matière, les idées n’ont jamais manqué. 

Tenez avant la Révolution, les Français paient la taille par exemple, un début d’impôt sur le revenu, mais aussi le cens, le tonlieu, qui sont reversés au seigneur du coin, qui lui ne paie pas d’impôts. Il est censé payer l’impôt du sang, autrement dit se battre pour le roi ou pour protéger ses manants. On paie aussi la dîme, une taxe sur les récoltes qui est reversée à l’Église qui ne paie pas d’impôts non plus d’ailleurs. Elle prie. Et elle reverse au roi ce qu’Elle appelle curieusement le « don gratuit » un don bien inférieur à ce qu’Elle paierait si elle était taxée comme les autres. On paie aussi sur le sel la fameuse gabelle. Un impôt qui peut paraître étonnant aujourd’hui mais qui est fondamental à l’époque puisque le sel c’est ce qu’on utilise pour conserver la viande et en manger toute l’année. Si j’osais un parallèle avec notre époque, je dirais que la gabelle c’est une taxe pour utiliser son frigo.

On a aussi quelques originalités, par exemple une taxe sur les perruques, très utilisées à la cour de Louis XIV. Un impôt sur le savon. Ah et sur les abeilles aussi. Pas évident de les compter mais passons. On aura aussi jusqu’en 1926 un impôt sur les fenêtres. Plus vous en avez plus vous payez, résultat on mure les fenêtres et on construit pas mal de maisons avec le moins de fenêtre possible. Bonjour la luminosité. Voilà nos ancêtres qui sortent de l’Église. Ils n’ont pas fini de ronchonner. 

30 ans plus tard on sortira l’impôt dit du vingtième. Et encore une fois les nobles et le clergé n’y seront pas soumis. Il faudra attendre 1789 pour avoir l’impôt payé par tous, et même 1914 pour voir naître le fameux impôt sur le revenu. Je ne suis pas voyant, mais on n’est pas près de voir arriver l’impôt pour personne !