Ils ont fait l’Histoire !

Le samedi à 13h45

La boule de cristal
La boule de cristal © Getty - azvan Chisu / EyeEm

Les prédictions des voyants ont parfois visé juste dans l’Histoire

Diffusion du samedi 28 décembre 2019 Durée : 3min

L’histoire a peu retenu les prédictions erronées. Elles représentent probablement 99,9 % du total des prédictions faites par les différents mages, astrologues, ou sorciers selon le nom qu’on leur donnait dans l’histoire. En revanche, quand elles se sont produites, elles ont impressionné.

Les prédictions de quelques mages ou astrologues dans l’histoire qui ont abouti, ont impressionné ! Et pour cause. Regardez César par exemple, au faîte de sa gloire. Il passe devant un mendiant régulièrement en allant au Sénat de Rome, le mendiant lui sort « Méfies toi des ides de Mars ». Le jour même, César passe devant le mendiant et lui balance en rigolant « tu vois ! Les ides sont arrivées et il ne s’est rien passé ». Le mendiant lui répond « la journée n’est pas finie ». Quelques heures plus tard, César est poignardé par les sénateurs. Plus près de nous, au XVIe siècle, Catherine de Médicis. Il faut dire qu’elle a une passion pour les astrologues. Elle a notamment révélé le talent de Nostradamus. Mais elle a une prédilection pour Ruggieri, son astrologue. Et le gaillard lui en annonce des vertes et des pas mûres. D’abord, il lui montre, dans un miroir, l’avenir de ses garçons. Chacun faisant autant de tours sur lui-même qu’il règnera d’années sur la France. Et à la fin, qui voit-il apparaitre ? Henri de Navarre, le cousin des fils de Catherine de Médicis. Inconcevable pour Catherine. Et pourtant le mage de lui dire « celui-ci aura tout l’héritage ». Et l’homme de glisser en passant « Méfiez-vous de Saint Germain ». Catherine qui avait entrepris des travaux pour aménager ce château qu’elle aime bien, stoppe tout. Pour rien.  Saint-Germain, c’est le nom du prêtre qui lui donne les derniers sacrements des années plus tard. Au XVIIIe siècle, une voyante annonce à la petite Jeanne-Antoinette Poisson qu’elle sera presque reine. Elle sera marquise de Pompadour et maitresse royale de Louis XV. Marie-Antoinette cumule les présages funestes. D’abord elle naît le 2 novembre 1755, le jour des morts et du tremblement de terre de Lisbonne qui fait des milliers de morts. Ensuite, alors qu’un feu d’artifice est tiré sur la future place de la Concorde pour fêter son mariage avec le futur Louis XVI, un mouvement de foule cause la mort de centaines de spectateurs. Au XIXe siècle, l’impératrice des Français, Eugénie de Montijo, qui fait tourner bien des têtes par sa beauté, à commencer par celle de son empereur de mari, Napoléon III, préfère faire tourner les tables. C’est la mode du spiritisme. Et qu’apprend-t-elle ? Que son fils Louis-Napoléon Bonaparte ne règnera jamais. Effectivement, il est détrôné en 1871, et le jeune homme meurt tué par des zoulous en Afrique du Sud. Donc quelques prédictions justes donc. L’Histoire ayant sagement oublié les milliers de prédictions fausses depuis que l’Homme angoisse de savoir de quoi demain sera fait.