Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Rassemblement en la mémoire de Jean Jaurès devant le restaurant où il a été assassiné à l'angle de la rue Montmartre et de la rue du Croissant, à Paris en 1934.
Rassemblement en la mémoire de Jean Jaurès devant le restaurant où il a été assassiné à l'angle de la rue Montmartre et de la rue du Croissant, à Paris en 1934. © Getty - Keystone-France

Leurs derniers mots

Diffusion du lundi 13 mai 2019 Durée : 3min

Avant de quitter la vie et d’entrer dans l’Histoire, elles et ils ont eu un dernier mot. Découvrez-les.

César par exemple. Alors qu’il est poignardé en plein sénat, Il reconnaît Brutus, son fils spirituel, parmi les assassins. Il a le temps de s’exclamer « tu quoque filis » autrement dit « toi aussi mon fils ». 

À propos de fils, on sait que les derniers mots de Charles IX, le roi qui a lancé la Saint Barthélémy ont été « hé ma mère » on n’a jamais trop compris ce qu’il voulait dire, mais il faut bien admettre que Catherine de Médicis ne donnait pas envie de rigoler tous les jours. Côté, derniers mots, la Révolution Française est bonne pourvoyeuse, il faut dire qu’elle a tranché pas mal. 

Bailly par exemple. Alors qu’il frissonne, quelqu’un lui lance « tu trembles Bailly » et le premier maire de Paris de répondre « oui mon ami, mais c’est de froid ! ». Madame Roland regarde la statue de la Liberté qui est près de l’échafaud et lance « Liberté ! Que de crimes on commet en ton nom ». Camille Desmoulins crie le nom de Lucile, sa femme. 

D’autres s’adressent au Peuple, tel louis XVI qui commence un discours mais il est raccourci. Les tambours sont lancés et lui coupent la chique. D’autres parlent au bourreau. La Comtesse du Barry demande « un instant Monsieur le bourreau s’il vous plait » tandis que Marie Antoinette dit « faites excuses Monsieur le bourreau je ne l’ai pas fait exprès » parce qu’elle a marché sur le pied de Sanson en allant rejoindre la planche. Danton dit au même gars « tu montreras ma tête au Peuple, elle en vaut la peine ». Plus tard, Talleyrand, ministre, dit à Louis Philippe « Ah sire je souffre l’enfer » « déjà ? » Répond louis Philippe. Plus près de nous, Churchill dit « tout cela me fatigue », Kennedy répond à son interlocuteur « ah oui c’est évident » avant de prendre la balle fatidique. 

Même mort pour Jaurès juste après avoir dit « une tarte aux fraises ». Il faut dire qu’il était au café. L’une des plus belles dernières phrases est celle de Yitzhak Rabin qui prononce un dernier discours avant d’être tué par un extrémiste « ne dites pas que le jour viendra. Apportez ce jour-là parce que ce n’est pas un rêve. Et sur toutes les places des villes, acclamez la paix »