Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Louis XVI à cheval.
Louis XVI à cheval. © Getty

Louis XVI se fait vacciner et ne meurt pas à la grande surprise des Français

Diffusion du jeudi 7 juin 2018 Durée : 5min

Marly, 1778, Louis XVI décide de se faire vacciner. Cette nouvelle méthode médicale est destinée à empêcher de mourir de la variole, maladie terrible que nos prédécesseurs appelaient la petite vérole et qui a fait des ravages avant de disparaître au siècle dernier.

C’est souvent comme ça. Quand on parle des grandes découvertes de l’humanité, on doit se tourner vers la Chine. Le papier, les pâtes, la poudre et… les vaccins. C’est vraisemblablement au IXe siècle, que des médecins chinois commencent à inoculer. Autrement dit à administrer le virus de la variole amoindri pour déclencher une réponse immunitaire et protéger de la maladie. La variole, appelée autrefois la petite vérole : terrible maladie qui vous tuait le plus souvent ou vous laissait défiguré.

Louis XIV en a fait l’amère expérience, perdant presque toute sa famille. Ayant remarqué qu’on n’attrapait jamais deux fois la variole, les médecins chinois prenaient une personne moins malade que les autres, prélevaient un peu de pus et le glissaient dans le nez du patient. Parvenue en Inde, la méthode des chinois a fait son entrée en Europe par l’empire Ottoman. C’est à Constantinople que Lady Montaigu, noble dame anglaise, découvre la méthode et décide d’inoculer son fils et sa fille, qui survivent. Les médecins s’y intéressent et se déchirent entre pour et contre. 

Louis XVI, toujours passionné de science, décide en 1 778 de se faire inoculer lui aussi. On choisit une jeune blanchisseuse parisienne, de mœurs irréprochables, pour prélever le pus nécessaire à la vaccination du roi mais aussi de ses frères. La France retient son souffle. Le risque paraît immense puisque, que ses trois là meurent de la variole, et la France se retrouverait sans autre hériter qu’un enfant de 3 ans, le fils du frère cadet du roi, puisque Louis XVI n’a pas encore d’enfants. Inutile de vacciner Marie Antoinette, Vienne était en avance, elle a été inoculée avant même d’arriver en France. L’opération sera un succès. Elle sera fêtée, notamment par des coiffures extravagantes dites « à l’inoculation ». 

Les Français douteront encore longtemps des bienfaits de la vaccination. Notamment les religieux, considérant le vaccin comme contre nature. La vaccination contre la variole ne se répandra à grande échelle qu’au XIXe siècle. De nos jours, la variole n’existe plus en France.