Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Le centre Georges Pompidou la nuit.
Le centre Georges Pompidou la nuit. © Getty

En 1977, "l’usine à gaz", " Notre dame des tuyaux", le Centre Pompidou divise les parisiens

C’est de nos jours l’un des plus importants monuments de Paris, au cœur du Marais, non loin de l’Hôtel de ville. Le Centre Pompidou, dit aussi Beaubourg, est l’un des plus grands musées d’art moderne de la planète.

11 décembre 1969. C’est donc signé. On construira un centre d’art moderne à Paris. Le Président Georges Pompidou pose devant les photographes. Il n’a pas tort. Il constate que la Capitale n’a plus construit de monuments importants depuis l’avant-guerre. Pour lui il est temps d’y remédier. Son idée c’est de bâtir un immense musée dédié tout entier à l’art moderne. 

Un musée unique au monde notamment par son architecture. Il considère que si on ne leur fait pas de place dans un endroit dédié, les artistes quitteront la France, mettant fin à sa pole position dans le monde de l’Art. Ce 11 décembre 1969, le Président de la République a donc signé l’engagement de l’État.  Le Conseil de Paris entérinera dans la foulée. Il est décidé que ce centre d’art moderne sera couplé à une bibliothèque et même un centre musical. Il sera installé près de la Rue Saint-Merri, en plein cœur de Paris. Georges Pompidou ne verra pas l’aboutissement de son projet. Il meurt le 2 avril 1974 alors que les travaux battent leur plein et créent déjà la polémique tant le projet est archi novateur.

Les architectes Renzo Piano et Richard Rogers proposent un bâtiment qu’on n’a jamais vu. Du verre, des passerelles, mais aussi des tuyaux, des canalisations, puisqu’ils ont décidé que rien de la structure ne sera caché. Les détracteurs sont nombreux. On surnomme Beaubourg « Notre dame de la tuyauterie » « l’usine à gaz » ou « le hangar de l’art ». L’un de ceux qui n’aiment pas le projet de Pompidou, c’est justement son successeur, Valéry Giscard d’Estaing. Il estime qu’il est encore temps d’arrêter les travaux. Ce que refuse absolument son premier Ministre, Jacques Chirac. C’est d’ailleurs l’un des premiers de la longue liste de conflits qui opposera les deux hommes dans leur vie. Ceci dit, Chirac gagne. Le 31 janvier 1977 Valéry Giscard d’Estaing inaugure donc cet endroit qu’il n’aime pas.

A l’intérieur des œuvres magnifiques (Picasso, Matisse...) des expositions éphémères également. De nos jours, le Centre Pompidou accueille plus de 3 000 000 de visiteurs chaque année. On a même ouvert en 2010 une décentralisation tout aussi audacieuse à Metz. Après 1977, les détracteurs de l’architecture moderne auront bien d’autres chats à fouetter puisque quelques années plus tard François Mitterrand décidera d’un autre geste audacieux, la construction de la Pyramide du Louvre.  Et ça aussi c’est une sacrée histoire !