Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Le temple du Saint Graal, cycle de peintures murales Lohengrin, de Wilhelm Hauschild (1827-1887), château de Neuschwanstein, Fussen. Allemagne.
Le temple du Saint Graal, cycle de peintures murales Lohengrin, de Wilhelm Hauschild (1827-1887), château de Neuschwanstein, Fussen. Allemagne. © Getty - DEA / A. DAGLI ORTI

Vendredi de la Passion. Jésus vient de mourir. Et pour être sûr que c’est le cas, un soldat romain nommé Longinus approche et lui perce le flanc avec sa lance. De l’eau et du sang s’échappent de la plaie. Ici commence s’arrête l’Évangile. Ici commence la légende. Celle du Graal.

D’après l’Évangile apocryphe de Nicodème, daté du IVe siècle, et non reconnu par l’Église, et d’après les actes de Pilate, du Vème siècle et non reconnus eux aussi, Joseph d’Arimathie s’approche et recueille les liquides qui coulent de la plaie dans un récipient, celui la même que Jésus a utilisé le soir précédent, lors de son dernier repas. 

Joseph d’Arimathie s’enfuit ensuite, par crainte des persécutions. Certains affirment qu’il se réfugie en Grande Bretagne et qu’il y dissimule l’objet sacré qu’on appelle le Graal. Son nom vient du latin tardif gradalidis, qui veut dire cratère. C’est donc un vase à l’origine. Un grand vase. Certains parlent même d’un plat. 

Pour d’autres c’est une coupe. La coupe qui a donc servi à recueillir le sang du Christ. Et quiconque peut l’approcher et y boire, est assuré d’atteindre l’immortalité. Une autre légende, celle des chevaliers de la Table Ronde, raconte que ce Saint Graal a été l’objet de la quête des fidèles du roi Arthur. Ils se seraient lancés à sa recherche, affrontant mille et un dangers, certains mourants en chemin, d’autres devenant fous. L’écrivain Chrétien de Troyes raconte dans 5ème roman, écrit vers 1170, la quête d’un jeune chevalier devenu un héros nommé Perceval. 

Nul ne sait si le Graal existe. On peut cependant en découvrir quelques-uns dans le monde. Par exemple on dit que le vrai Graal était dans l’Église du Saint Sépulcre à Jérusalem et qu’il aurait disparu pendant les croisades.
D’autres le situent en l’Église San Lorenzo de Gênes où les croisés l’auraient justement ramené. D’autres enfin vous le montreront à Valence en Espagne, à Troyes en France et même au Metropolitan Museum de Rome.
En fait le Graal il est en chacun de nous. Remporter le Graal c’est notre capacité à nous lancer un défi, à commencer une quête, et à nous dépasser pour être le meilleur dans son domaine ou pour remporter la plus belle victoire : celle qu’on obtient de soi.